PHOTOS. "C'est la 5ème fois" : des tags racistes et des croix gammées inscrits sur les murs d'une mosquée

"Sales bougnoules", "rentrez chez vous", des tags racistes et des croix gammées ont été découverts mardi 18 juin 2024 au matin sur les murs de la nouvelle mosquée de Montauban Es-Salam (Tarn-et-Garonne), actuellement en construction.

Ce sont les ouvriers du chantier qui ont découvert ces tags racistes sur le muret du portail de la nouvelle mosquée de Montauban (Tarn-et-Garonne), mardi 18 juin dans la matinée. "Sales bougnoules", "rentrez chez vous" ont été inscrits à la bombe de peiture noire.

"Nous avons appelé la police qui est venue constater ces inscriptions", explique un membre de l’association Musulmane de Montauban qui souhaite rester anonyme.

Ce mercredi 19 juin, on peut encore lire quelques mots mais les tags ont été recouverts d’une peinture noire.

La fédération du PCF 82 et la CGT chômeurs et précaires de Montauban ont relayé les photographies sur les réseaux sociaux, ils dénoncent et condamnent ces faits.

Pas de dépôt de plainte

Pour le moment les membres de l’association n’ont pas déposé plainte : "C'est la 5ème fois que nous retrouvons ce genre de tags racistes, la dernière fois c’était une tête de cochon, nous n’avons pas pour le moment porté plainte car nous n’avons pas envie de faire le jeu des fascistes et racistes, qu’ils fassent du buzz autour de cela" déplore l'un d'eux.

"Tous les jours nous devons faire face à des incivilités et des propos racistes", raconte l'un des membres de l'association. Contacté, le président de la mosquée de Montauban ne souhaite pas s'exprimer sur le sujet pour le moment.

"Des inscriptions calomnieuses"

Sur le réseau social X ce matin, la maire de Montauban, Brigitte Barèges "condamne avec la plus grande fermeté ces inscriptions intolérables(...) calomnieuses"

Pour Jérémy Le Moinier, secrétaire de la section du PCF de Montauban, ces tags sont la résultante "d'un racisme dévergondé qui existe depuis déjà longtemps dans le Tarn-et Garonne. Cela n'a rien à voir avec de la calomnie comme le précise Madame Barèges. Il y a une expression de l'extrême droite dévergondée, ils n'ont plus peur et cela est dramatique", précise-t-il.

Le secrétaire du PCF de Montauban parle de "décomplexion des forces fascistes dans le Tarn-et-Garonne". Des tags et expression fascistes, voire nazies depuis plus d'un an dans le département : " cela se fait tranquillement malgré les signalements effectués auprès des services de police".

"Pendant la campagne des européennes, sur les affiches, les visages de candidats de gauche à Montauban ont été tagués de croix gammées. De même on a retrouvé des messages fascistes sur le portail du lycée à Beaumont-de- Lomagne". 

"Aucune récupération politique" du Front Populaire

Dans ce post sur les réseaux sociaux, Brigitte Barèges, la candidate pour Les Républicains (LR) aux élections législatives anticipées dans la première circonscription du Tarn-et- Garonne, parle d'une récupération politique du Front Populaire : " (...) la récupération politique que tente d'en faire le Front Populaire, qui organise demain à 18 heures une manifestation anti-RN au moment même où nous tenons à l'Hôtel de Ville une séance du Conseil Communautaire".

"Il ne s'agit en rien d'une récupération politique", rétorque Jérémy Le Moinier, secrétaire de la section du PCF de Montauban.

Et de rajouter : "Nous faisons front pour nous opposer à l'extrême droite. Le Front Populaire porte un espoir avec un programme de gauche(...) nous restons dans la digne ligne droite du Front Populaire  crée en 1936. Nous ne pouvons pas être accusés de récupération, ces faits sont le symptôme supplémentaire d'une maladie que l'on désigne depuis longtemps".

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité