Départementales 2021 en Tarn-et-Garonne : résultats définitifs, gauche en tête et premiers élus RN

La gauche arrive devant d'une courte tête au second tour des élections départementales en Tarn-et-Garonne. Dans ce département où les alliances peuvent faire basculer la majorité départementale, tout se jouera au troisième tour. L'abstention est en net recul à 58,25%.

Une session du conseil départemental du Tarn-et-Garonne, le 21 avril 2021.
Une session du conseil départemental du Tarn-et-Garonne, le 21 avril 2021. © Conseil départemental du Tarn-et-Garonne

Les résultats sont serrés dans le Tarn-et-Garonne, à l'issue du second tour de ces élections départementales 2021. La gauche remporte 16 sièges sur 30, le centre et la droite 12 et l'extrême-droite 2. Le Rassemblement national compte deux élus ce dimanche soir, une première dans ce département, fief historique du PRG.  

Le Rassemblement national fait son entrée au département, une première

Absent du conseil départemental jusqu'à présent, le Rassemblement national y fait son entrée ce dimanche soir. Romain Lopez, élu maire de Moissac aux dernières municipales, est élu dans son canton de Moissac avec 62,68 % des voix.

Présent dans 13 cantons sur 15, le parti de Marine Le Pen a été en position de se maintenir au second tour dans cinq autres cantons où il est arrivé en seconde position : Montech, Verdun-sur-Garonne, Quercy-Aveyron, Montauban-2 et Valence. Mais seul Romain Lopez l'emporte ce dimanche soir. 

Force est de constater, et je le regrette, que sur Midi-Pyrénées, je suis le seul et sur l'Occitanie, on se compte sur les doigts d'une seule main, c'est regrettable. Après, j'ai une approche différente. J'ai fait de la proximité, j'ai une approche assez libre, ce qui n'est pas le cas forcément de l'ensemble de mes collègues. Je me suis affranchi de certaines règles imposées par le parti. Force est de constater que ça a fonctionné.

Romain Lopez

Le Tarn-et-Garonne, département historique des Radicaux de gauche

Fief historique des Radicaux de gauche, le Tarn-et-Garonne est resté dans le giron du PRG pendant 70 ans, dont 45 ans dans celui de la famille Baylet. En 2015, après des scissions au sein de la majorité départementale et des alliances avec la droite, Christian Astruc, ancien allié de Jean-Michel Baylet, lui a ravi la présidence qu'il occupait depuis 30 ans et le département a basculé au centre. 

Les deux hommes s'affrontent de nouveau en 2021 dans leurs cantons respectifs. Avec la présidence du département en ligne de mire. 

Christian Astruc, le président sortant est réélu dans son canton de Garonne-Lomagne-Brulhois. Avec 69,36% des voix, il devance largement le binôme UDI/PRG (30,64%) soutenu par Jean-Michel Baylet.

Jean-Michel Baylet est lui aussi réélu dans son canton de Valence. Avec Christiane Le Corre, le président du PRG est crédité de 62,42 % des voix. Il devance largement l'un des 5 binômes du RN qui s'était maintenu au second tour dans le département. Josiane Furlan et Patrick Large ont obtenu 37,58% des suffrages.

© FTV

Et il ne boude pas son plaisir, ce dimanche face à ce résultat qui marque, selon lui "une adhésion à la politique que je mène et une adhésion au boulot que l'on fait avec ma binôme".

Retrouvez les résultats du vote dans le Tarn-et-Garonne par canton

La composition du conseil départemental en 2021

Tout se jouera au troisième tour

Cette élection a un goût de revanche pour Jean-Michel Baylet qui espère retrouver son fauteuil de président, "perdu la dernière fois consécutivement à des trahisons".

Nous avons passé le premier tour. Nous avons passé le deuxième tour avec un magnifique résultat. Nous allons maintenant préparer le troisième tour.

Jean-Michel Baylet

Car dans le Tarn-et-Garonne plus qu'ailleurs, tout se jouera au troisième tour. Le président sortant, Christian Astruc, semble avoir moins d'alliés qu'en 2015. Il peut compter sur 6 soutiens. Les 2 élus RN et les 7 élus LR pourraient jouer les arbitres. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections départementales 2021 politique élections