Disparition d'Amandine Estrabaud : Guerric Jehanno de nouveau condamné à 30 ans de réclusion criminelle

La cour d'assises de Montauban (Tarn-et-Garonne) a rendu son verdict dans la nuit de vendredi 26 à samedi 27 janvier à l'issue du procès de la disparition d'Amandine Estrabaud. Guerric Jehanno a été condamné pour la 3e fois à 30 ans de prison. Mais un nouvel épisode de cette affaire pourrait s'ouvrir car la défense compte se pourvoir en cassation.

Très tard dans la soirée du vendredi 26 janvier, la cour d'assises de Montauban a condamné Guerric Jehanno, principal suspect dans la disparition d'Amandine Estrabaud en 2013, à 30 ans de réclusion criminelle. C'est la 3e fois que cet individu de 35 ans se voit infliger cette peine

"Quelle souffrance depuis 10 ans" concède la mère, en pleurs, à la sortie de l'audience

Après sept heures de délibération, les juges ont considéré qu'il est coupable du viol et du meurtre de la jeune femme. Il est également inscrit au fichier national des délinquants sexuels. 

Quelques minutes après l'annonce de cette délibération, les parents d'Amandine Estrabaud ne cachaient pas leurs émotions, entre soulagement et souffrance. Monique Sire, la mère, était en pleurs. "Nous avons eu gain de cause de nouveau. Mais quelle souffrance depuis 10 ans. J'ai cru mourir à nouveau. Subir tout ça, je ne sais pas comment on va s'en relever" lachaît-elle difficilement. 

Le père de la victime, Pierre Estrabaud, souffrait lui aussi, tout en pudeur. Les 7 heures avant la décision ont été très dures. "L'attente a été intenable. Espérons que ça soit terminé, que nous pourrons nous reconstruire, aller de l'avant. Ça va être long, très long" concédait-il, avec quelques silences. 

Nouveau pourvoi en cassation

Cette décision est une "confirmation" pour Pierre Debuisson, avocat de la famille. "Elle nous paraît opportune, conforme à tous les éléments du dossier qui convergent vers une seule certitude : la culpabilité évidente de Guerric Jehanno" estimait-il. 

Du côté de la défense, la déception prédominait. "Je pense que la cour n'a rien entendu du tout, qu'elle a manifesté son opinion très clairement dès le 2e jour d'audience. Nous savions très bien que cette décision était fort probable" régissait Marie-Helene Pibouleau, l'une des deux avocates de Guerric Jehanno, annonçant dans le même temps un pourvoi en cassation. 

Pour rappel, ce procès s'est déroulé après une décision de la cour de cassation il y a quelques années pour vice de procédure.