• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Initiateur des “gilets jaunes”, Frank Buhler a été suspendu du FN pour propos racistes

Franck Buhler / © Pascal Pavani / AFP
Franck Buhler / © Pascal Pavani / AFP

Frank Buhler est l'une des figures des "gilets jaunes". Il revendique son appartenance à  Debout La France. Il ne cache pas non plus son passage au Front National. Un passage qui s'est soldé par une suspension et une commission de discipline pour propos... racistes. 

Par Laurent Dubois

Frank Buhler est l'une des voix des "gilets jaunes". Ses vidéos, postées sur les réseaux sociaux, ont récolté des millions de vues. Cette notoriété (fulgurante) lui a valu de nombreuses invitations dans les médias nationaux et régionaux. L'incarnation médiatique des "gilets jaunes" ne cache pas son parcours politique. C'est aussi lui qui a lancé l'idée de manifester à Paris le 24 novembre. 

Frank Buhler est actuellement responsable départemental du parti de Nicolas Dupont-Aignan. Mais, avant de rejoindre Debout La France, le Tarn-et-Garonnais a été encarté au Front National. Frank Buhler ne fait pas mystère de ce glissement. En revanche, il ne s'étend pas sur les raisons son départ.

Selon nos informations, Frank Buhler a été l'objet d'une procédure disciplinaire et il est parti juste avant une exclusion pour "propos racistes". Des propos tenus sur les réseaux sociaux et qui ciblent les africains ("peste noire") ou encore le "QI des arabes".

Le porte voix des "gilets jaunes" adhère au FN 82 en  mai 2016. Peu après les législatives de 2017, les premières tensions apparaissent avec la direction départementale de son parti. Des propos racistes, tenus sur les réseaux sociaux, posent problème et suscitent des rappels à l'ordre. L'objet du litige est un compte twitter d'une structure présidée par Frank Buhler, le conseil départemental de la résistance 82. 

En novembre 2017, Frank Buhler est suspendu du conseil départemental du Front National . Une commission de discipline est saisie. Une mesure d'exclusion est prise. La présidente du Rassemblement National, Marine Le Pen, informe, par courrier, Frank Buhler de la sanction. Un courrier lui est adressé en avril 2018. 

Une mesure d'exclusion qui est sans objet puisque, avant que la décision ne s'applique, Frank Buhler quitte le Rassemblement National.  
 

Contacté par France 3 Occitanie, Frank Buhler reconnaît avoir fait l'objet d'une procédure disciplinaire."J'ai reçu une convocation. Mais j'ai demandé les pièces du dossier et on a toujours refusé de me les communiquer" précise l'ex militant du Front National.

Frank Buhler précise disposer d'une lettre de Marine Le Pen prenant acte de sa démission. Frank Buhler dément formellement avoir été exclu du Front National et insiste : "Je suis parti de moi même".
 

Sur le même sujet

Mende : les agriculteurs et les lycéens se joignent au mouvement des gilets jaunes

Les + Lus