Météo. Des tonnes de raisins détruits par l'orage dans le Tarn-et-Garonne

durée de la vidéo : 00h01mn51s
Des dégâts importants dans les vignes du Tarn-et-Garonne ©Frédéric Desse/FTV

Toulouse (Haute-Garonne) et son agglomération ont encore été touchées par les orages, dans la nuit du 12 au 13 juin. Un phénomène qui se répète depuis plusieurs jours. Dans le Tarn-et-Garonne, les dégâts sont localisés, mais très importants sur le raisin Chasselas.

"La grappe devrait être bien verte et chargée en grains, et tout ce qui est marron, c’est le matraquage de la grêle", raconte Albert, désemparé face à cette situation. Sur la passerelle de vigne d’Albert Barrau, producteur de prunes, cerises et raisins à Moissac, le constat est sans appel. 15 minutes auront suffi à la grêle pour mettre un terme aux espoirs du viticulteur.

Alors qu’ici, la saison s’annonçait excellente, elle vient de prendre un virage à 180 degrés. "En vigne, à Chasselas Muscat, c’est à 100% grêlé et dans cet état". Au total, Albert a perdu une quarantaine de tonnes de raisins et seulement une partie de sa parcelle a pu être sauvée grâce à des filets. L’orage hyper localisé n’a touché que quelques exploitations autour de Moissac.

Limiter les dégâts

Pour épauler les arboriculteurs, un technicien vient leur donner quelques conseils. "Ça nous permet de pas rester la tête baissée et d’avoir un œil frais, qui va nous apporter et nous rebooster en nous disant attention à ci et à ça", explique Albert.

À quelques kilomètres là, on s’active dans les rangées de vignes. Chez Laurent Lannes, producteur à Montesquieu, les plans ont également souffert de la grêle de dimanche soir. "On sait que là, quand ça va pousser, avec le poids, elle va se casser". Alors, pour limiter la nécrose et assurer en rendement l’année prochaine, Laurent et son fils ont pris la décision de tailler les vignes les plus jeunes. Conséquence : pas de récolte cette année.

"Et à cette époque-ci, on arrivera à avoir une récolte normale l’an prochain", explique Laurent. Encore en train de tailler, le tonnerre gronde dans le ciel. Un coup d’œil dans le ciel, un soufflement et le vigneron lâche, presque las : "il y en a assez de flotte". D'ici aux vendanges, pour les grappes restantes, la sécheresse, un problème de moins.

L'actualité "Météo" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Météo" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité