• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Montauban : les agriculteurs se dirigent vers une ville en état de siège

Les tracteurs arrivent en nombre / © Karine Pellat France 3
Les tracteurs arrivent en nombre / © Karine Pellat France 3

La grande manifestation regroupant des agriculteurs de toute la région s'organise ce mercredi matin autour de Montauban. Le centre-ville a pris des apparences de ville morte. Les forces de l'ordre attendent de pied ferme les agriculteurs venus manifester;

Par Michel Pech

Ils viennent de pratiquement tous les départements d'Occitanie. 
Les agriculteurs et leurs tracteurs convergent vers la ville  qu'ils souhaitent bloquer toute la journée. 

Les grands axes interdits à la circulation
Les accès à la ville via l'autoroute A 20 sont fermés. Seuls restent ouverts les échangeurs d'Aussonne, Chaumes et Bressols.
Dès 10h, les agriculteurs rassemblés quai Poult se sont dirigés vers la Préfecture.

Le centre ville est déserté. Les CRS ont placé un cordon de protection autour de  la Préfecture avec un matériel important, notamment des camions lance-eau. 
Des pompiers sont stationnés dans les rues adjacentes au cas où ...
La Préfecture entourée de barrières de sécurité / © Frédéric Fraysse France 3
La Préfecture entourée de barrières de sécurité / © Frédéric Fraysse France 3
Les matons solidaires
En signe de solidarité avec les agriculteurs, les surveillants de prison ont cessé, pour la journée, le blocage du centre pénitentiaire. De leur côté, en solidarité avec les surveillants, les agriculteurs vont déverser deux remorques de fumier devant la prison.

Les raisons de la colère
Ce qui a motivé la colère des agriculteurs, c'est la décision du gouvernement de diminuer de manière drastique le nombre de "zones agricoles défavorisées". Ces zones couvraient 181 communes du Tarn-et-Garonne. Le gouvernement a décidé de n'en conserver que 82.
Ce sera une perte importante pour les agriculteurs concernés. Dans ces zones défavorisées, les aides européennes sont fixées à 6 000 euros par exploitation et par an.
La réforme doit entrer en vigueur au printemps. 

Sur le même sujet

Sète : l’air pollué aux particules fines par les bateaux de croisière

Les + Lus