Pourquoi les agriculteurs d'Occitanie vont ils manifester ce mercredi à Montauban ?

Lors de la manifestation du 14 novembre 2016, des dizaines de tracteurs avaient déversé des tonnes de fumier devant la Préfecture du Tarn-et-Garonne. / © France 3 Occitanie
Lors de la manifestation du 14 novembre 2016, des dizaines de tracteurs avaient déversé des tonnes de fumier devant la Préfecture du Tarn-et-Garonne. / © France 3 Occitanie

Des centaines de tracteurs et un millier d'agriculteurs vont converger ce mercredi à Montauban pour une grande manifestation en faveur du maintien des zones défavorisées. Un combat que la profession mène depuis plusieurs années. A quoi sert le statut de zones défavorisées ? Exemple dans le Tarn. 

Par J.V

La FRSEA et les Jeunes Agriculteurs ont lancé un appel massif à manifester ce mercredi devant la Préfecture du Tarn-et-Garonne. Les raisons de leur colère : la modification de la carte des communes concernées par les Zones défavorisées. Ces zones sont soumises à des contraintes naturelles et les agriculteurs qui exploitent sur ces terres bénéficient de subventions nationales et européennes. Le problème c'est que le Ministère de l'agriculture compte redessiner les contours de la carte des zones concernées. Une réunion de concertation nationale est organisée au Ministère le 26 janvier prochain.
Beaucoup de territoires sont concernés en Occitanie. Dans le Tarn par exemple, les syndicats agricoles estiment que 70 communes pourraient sortir du dispositif mettant ainsi 300 exploitations (élevages et céréales) en péril. Soit un tiers du département.

La FDSEA et les Jeunes Agriculteurs estiment que la sortie des zones défavorisées pourrait avoir un impact désastreux sur les exploitations. Des structures souvent familiales au rendement minime. Les syndicats chiffrent les pertes à 10 000 euros par exploitation et par an.

Les agriculteurs multiplient les actions coup de poing, comme le 16 janvier dernier où les JA et la FDSEA du Tarn ont abattu des arbres sur la D92 entre Réalmont et Lautrec en signe de protestation.

Nous avons rencontré un éleveur céréalier concerné par ce nouveau découpage proposé par le ministère de l'agriculture. Voyez le reportage de France 3 Occitanie :




Sur le même sujet

Aude : la pyrale du buis cause de nombreux dégâts

Les + Lus