Tarn-et-Garonne : une septuagénaire bloquée dans sa propre maison

Depuis mercredi, une femme de 70 ans habitant à Albefeuille-Lagarde, près de Montauban, ne peut plus quitter son domicile. Des cadenas et des chaînes ont été posés sur le portail devant sa demeure par le propriétaire de l’unique chemin qui mène chez elle. La justice est saisie.

Le portail de la maison de la septuagénaire désormais...cadenassé.
Le portail de la maison de la septuagénaire désormais...cadenassé. © Christophe Lagard

Des cadenas bloquent son portail. Depuis mercredi après-midi, Franca, qui habite cette demeure située au coeur des vergers de cette commune de 640 habitants, ne peut plus sortir de chez elle. C’est son fils, Christophe Lagard, qui lui a acheté cette maison à Albefeuille-Lagarde, il y a 17 ans suite à une liquidation judiciaire. “A l’époque il y avait deux lots, un bâti, et un non-bâti avec un terrain et un séchoir à tabac. Mon erreur a été de n'acheter que le premier lot”.

Car pour accéder à sa maison, Franca, doit emprunter un chemin situé sur le deuxième lot. “Cela fait 70 ans que les personnes accèdent à cette maison par là” raconte son fils. Problème, il n’y a pas de servitude de passage actée par un notaire.

Portail cadenassé

Mais mercredi dernier surprise : le voisin, à qui appartient le terrain par lequel passe l’accès, a décidé de mettre un cadenas sur le portail d’entrée. Franca se retrouve bloquée, et ne peut plus sortir de chez elle. Une situation ubuesque et dangereuse, car cette dame de 70 ans a subi récemment une opération du coeur. Et a donc besoin de soins réguliers. Christophe Lagard reste en contact avec sa Maman…par téléphone et lui apporte à manger à travers le portail.

Simple querelle de voisinage ou acte de malveillance ? Selon Christophe Lagard, la raison est simple. Il a mis en vente la maison habitée par sa Maman et a trouvé un acquéreur. Or ce bien intéresse aussi le voisin qui aimerait la récupérer à un prix dérisoire selon le fils de Franca. Les cadenas seraient donc une façon de mettre la pression. Une version qui n'a pas été confirmée par le voisin que nous n'avons pas réussi à contacter.

La justice est saisie

Hier, jeudi, le maire d’Albefeuille-Lagarde, s’est rendu sur place, tout comme un huissier qui a constaté cette situation. Aujourd’hui, ce fut au tour des gendarmes d'aller y faire un tour. Ils ont fait un rapport qui va être transmis à la justice. “Il faut que cette situation soit réglée d’ici mardi, insiste Francis Massimino, le maire d’Albefeuille-Lagarde. Car cette dame a besoin de soins et un rendez-vous est pris avec une équipe soignante. Ca ne peut pas durer ce blocage”.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société polémique