Témoignage. Colère des agriculteurs : " Je leur ai donné malheureusement le goût de la terre ", le désespoir d'un paysan face à ses fils

Publié le Écrit par Laurent Dubois

Depuis huit générations la famille Couderc vit sur son exploitation agricole. Les deux petits enfants veulent rester sur la propriété. Un choix qui laisse perplexe leur père vu les difficultés de la profession.

De moins en moins de jeunes deviennent ou restent agriculteurs. La moyenne d'âge dépasse les 50 ans et les moins de 40 ans représentent à peine 20 % de la profession.

L'exploitation de la famille Couderc a plus de chance. Les deux fils veulent continuer à travailler sur la propriété de leurs parents et grands-parents. Le plus jeune va se lancer dans l'élevage de porc. Il va continuer de travailler aux côtés de son frère qui commercialise des bovins. 

Cette décision ne réjouit pas le père. Bien au contraire. La voix cassée, l'éleveur regrette d'avoir transmis le goût de la terre à ses enfants. La raison de cette réaction : la crainte que ses fils ne puissent pas vivre de leur métier.

Huit générations se sont succédé sur la propriété familiale. Grands-parents et parents ont assisté à l'évolution du monde agricole. Une évolution qui a frappé de plein fouet la dernière génération avec un point sombre : les revenus.

Pendant quatre générations, la famille a produit du "bio". Mais ils ont dû abandonner une activité qui n'est pas rentable. C'est un seul exemple d'une dégradation forte et continue du métier d'agriculteur.

Depuis quelque temps, notamment face à l'inflation des coûts de production, la spirale s'aggrave.

Quand ils ne s'occupent pas de leurs vaches, les Couders prennent leur tracteur pour aller manifester.

Qu’avez-vous pensé de ce témoignage ?
Cela pourrait vous intéresser :