Coupe d'Europe de rugby : Castres bat Munster, de justesse

Ils avaient été sévèrement corrigés la semaine dernière par le Munster, ce samedi, ils ont pris leur revanche. Les Castrais l'emporte par 13 à 12 à l'issue de la 4ème journée.

Il y a longtemps que ce n'était pas arrivé
Ce succès est le premier de Castres depuis décembre 2004 contre le Munster, cador de la scène européenne qui prend le bonus défensif et garde la tête de la poule 2 avec 12 points.
Mais les champions de France suivent (9 points) devant Exeter et Gloucester (8), qui ont encore leur chance aussi. Les Tarnais devront s'imposer chez les Chiefs le 13 janvier puis contre Gloucester le 19 à Pierre-Fabre pour décrocher leur première qualification pour les quarts de finale depuis 2002.
 Après deux défaites de rang, les Castrais se cherchaient. Ils se sont retrouvés dans une configuration qu'ils affectionnent, à savoir dos au mur. 

"Le groupe en avait besoin"
"On a fait une grosse partie et cette victoire nous fait beaucoup de bien. Le groupe en avait besoin", a reconnu l'arrière castrais Scott Spedding. "Enfin la
victoire ! Je trouve que l'équipe a montré beaucoup de caractère", a renchéri Mathieu Babillot, 3e ligne et capitaine des champions de France.

"Beaucoup d'erreurs" 
Les Castrais ont eu le mérite d'inscrire le seul essai de la rencontre par Paea Fa'anunu après visionnage vidéo (25e).
Dans un match tendu, les Castrais ont aussi laissé du champ aux Irlandais en écopant de deux cartons jaunes: mais malgré les absences pendant dix minutes de Rory Kockott, pour un acte d'antijeu (40+2) et de Marc-Antoine Rallier (70e), sur l'action de l'essai refusé à Conway, ils ont tenu bon devant leur ligne d'en-but.
 "On a montré de la détermination et on reste en vie dans cette compétition. On s'est fait respecter même si on a commis beaucoup d'erreurs, individuelles notamment", s'est félicité le manager Christophe Urios, pour lequel maintenant "tout est possible".
Si leur indiscipline ne leur a pas coûté trop cher, c'est aussi parce que Carbery n'était pas dans un grand jour (4/7), manquant la pénalité de la gagne à dix minutes de la fin (70e).
"Une des clés du match, c'est la mêlée et le changement de nos piliers, qui n'avaient pas démérité, mais on n'arrivait pas à s'adapter et le Munster en profitait", a expliqué Urios, pour lequel "les moments importants" ont tourné "en faveur" de son équipe. 
A l'inverse son homologue irlandais Johan Van Graan a regretté "les opportunités manquées". Mais il a aussi déploré des "décisions arbitrales non favorables", comme l'essai refusé à Conway