Élections législatives 2024 : résultats du 1er tour dans le Tarn, les terres de Jaurès s'abandonnent au Rassemblement National

Le RN peut-il rêver d'un grand chelem dans le Tarn à l'issue de ce premier tour des élections législatives anticipées ? Dans les 3 circonscriptions, les candidats d'extrême droite et leurs alliés LR sont arrivés en tête ce dimanche. Sur les terres de Jaurès, tout se jouera sur le report des voix au second tour.

Après avoir terminé en tête dans tout le département lors des dernières élections européennes, le Rassemblement National espère remporter les 3 circonscriptions du Tarn à l'issue du second tour des législatives dimanche 7 juillet.

Le RN en tête partout

Le RN et ses alliés ont réalisé "des scores historiques" a déclaré ce dimanche à l'issue du premier tour, Frédéric Cabrolier, député sortant du Rassemblement National de la première circonscription du Tarn. Une première sur ces terres de gauche, fief de Jean Jaurès, où le RN arrive en première position dans les 3 circonscriptions. Dans la première circonscription Frédéric Cabrolier, seul député sortant RN du département, arrive largement en tête avec 39,53% des voix, devant le divers centre Philippe Bonnecarrère (29,52%) et la candidate du nouveau Front Populaire, Margot Lapeyre (28,37%), qui a choisi de se retirer pour faire barrage au RN.

Dans la 2ème circonscription, Julien Bacou (RN) recueille 37,94% des suffrages devant la députée sortant Karen Erodi (LFI-NFP) qui obtient 31,63% et Pierre Verdier (LREM) avec 22,7%. Dans la 3ème circonscription, Guilhem Carayon (LR), ayant accepté de faire accord avec le Rassemblement National vire en tête avec 43,61%.

"Nous avons désormais une opportunité historique de tourner la page du Macronisme", a affirmé Guilhem Carayon ce dimanche soir. Il devance le député sortant LREM Jean Terlier (28,60%) et Julien Lassalle (LFI-NFP) avec 25,39%.

Duels ou triangulaires ?

Sur le papier, le deuxième tour aurait dû se traduire par des triangulaires dans les 3 circonscriptions du Tarn. Mais dès ce dimanche soir, des voix se sont fait entendre à gauche avec des consignes claires pour faire barrage à l'extrême droite. Dans la 3ème circonscription, Julien Lassalle (LFI-NFP), arrivée 3ème, a annoncé son retrait dès ce dimanche soir sur le réseau X (ex twitter).

Les choses ne sont pas encore définitives dans les deux autres circonscriptions. Arrivée en 3ème position dans la 1ère circonscription, la socialiste Margot Lapeyre ne s'est pas encore positionnée, mais elle devrait suivre les consignes de son parti et se désister en faveur du candidat divers centre Philippe Bonnecarrère.

Une triangulaire pourrait se tenir dans la 2ème circonscription, si le candidat LREM Pierre Verdier, arrivé en 3ème position, ne se désiste pas au profit de la députée sortante LFI-NFP Karen Erodi. Le candidat de la majorité présidentielle ne s'est pas encore exprimé officiellement à cette heure.

Des reports de voix incertains

Au second tour, les regards vont se porter sur les reports de voix des candidats, qui ont décidé de se désister au nom du front républicain. Une alliance possible sur le papier, mais l’expérience montre bien souvent que ces reports de voix sont loin d’être automatiques, en raison d'une incompatibilité des programmes et des situations particulières liées à chaque circonscription.

Les candidats du Rassemblement National dans le département ne semblent pas s'inquiéter : "Je pense que les Français en ont soupé de ces magouilles politiciennes", a déclaré ce dimanche soir, Julien Bacou, le candidat RN, arrivé en tête dans la 2ème circonscription. "Le front républicain aujourd'hui c'est nous qui le défendons, même si Pierre Verdier se désiste en faveur de la candidate LFI Karen Erodi".

La campagne a déjà repris ce lundi matin. Car tout va aller très vite d'ici au second tour du 7 juillet. Les dépôts de candidature en préfecture doivent être effectués avant 18h ce mardi 2 juillet.

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité