"Il y a à ce jour trop de zones d’ombre" : les Écologistes lancent une commission d'enquête sur le montage juridique et financier de l'Autoroute A69

Nouvel épisode dans le dossier de l'autoroute A69. Le groupe écologiste à l'Assemblée nationale lance une commission d'enquête parlementaire, afin de mettre "en lumière les liens entre la société ATOSCA et les décideurs politiques."

Les opposants à l'A69 sont sur tous les fronts. Sur le terrain politique, le groupe écologiste à l'Assemblée nationale a annoncé, mardi 16 janvier 2024, la création d'une commission d'enquête parlementaire visant à examiner le montage juridique et financier du projet autoroutier en cours de construction dans le sud du Tarn. Les écologistes ont exercé leur droit de tirage du groupe.

Ce dispositif, renforcé après la révision constitutionnelle de 2008, permet à un groupe politique d’inscrire à l’ordre du jour une proposition de résolution visant à la création d’une commission d’enquête,  

"Les liens existant entre la société ATOSCA et des décideurs politiques"

"C’est ici le projet d’autoroute A69 qui interroge les député-es du Groupe écologiste à qui l’État a choisi de confier la concession autoroutière de l’A69 pour 55 ans à la société ATOSCA, détenue à 60 % par deux sociétés de capital-risque de droit luxembourgeois, le tout pour un projet inutile, écocide et profondément injuste socialement. Le groupe écologiste souhaite que cette commission d’enquête permette de faire la lumière sur les liens existant entre la société ATOSCA et des décideurs politiques français, élus locaux ou membres du gouvernement ainsi que sur les soutiens accordés par le gouvernement aux entreprises impliquées dans ce projet absurde" explique les élus écologistes dans un communiqué de presse.  

Christine Arrighi, députée de la neuvième circonscription de Haute-Garonne, est l'autrice de la proposition de résolution à l'origine de cette commission d’enquête, explique : "Il y a à ce jour trop de zones d’ombre autour de l’entêtement des politiques à aller au bout de ce projet inutile, écocide et socialement aberrant. Il est donc de notre devoir de parlementaires de tirer au clair les conditions dans lesquelles le contrat de concession de l’A69 a été conclu."

En parallèle de cette initiative, une opération nommée "le Carnaval contre la Mafia69" a été lancée par les opposants. Leur première cible est le groupe dermo-cosmétique et pharmaceutique Pierre Fabre. L'entreprise du sud du Tarn pèse de tout son poids économique et politique depuis plusieurs années pour mener à bien la réalisation de cette infrastructure.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité