Initiatives et défis culturels, dans le Tarn, le confinement n'empêche pas la créativité !

Les musées sont fermés, les cours de dessins ont été annulés et les ateliers suspendus, l’art est lui aussi confiné. Mais dans le Tarn on fourmille d’idées pour laisser libre court à la création via le web. Coup de projecteur sur le challenge d’Aussillon et le défi de Réalmont.
 

Sculpture avec stylos de Sara Rouquier qui a participé au "One Minute Sculpture challenge"
Sculpture avec stylos de Sara Rouquier qui a participé au "One Minute Sculpture challenge" © Sara Rouquier
Débridez votre imagination et partez à la recherche de votre âme d’artiste contemporain. Recyclage, nature morte et détournement d’objets, c’était la thématique de la dernière exposition « Secondes vies » organisée au Château de La Falgalarié à Aussillon. Impossible en cette période de confinement de voir les œuvres. Mais si « les portes sont fermées, les fenêtres restent ouvertes » déclare la présidente de l’association Pôle Arts & Cultures, organisatrice de l’évènement, Françoise-Aline Blain. Les fenêtres web bien sûr.
 

Prenez la pose avec des objets du quotidien à l’image de l’artiste autrichien Erwin Würm

Devenir pour quelques instants un artiste contemporain

En lien avec l’exposition, l'association propose aux internautes de s’inspirer des œuvres de l’artiste autrichien Erwin Würm : « Prenez la pose avec des objets du quotidien à l’image de l’artiste ». Le challenge a été baptisé « One Minute Sculpture Challenge » en écho aux performances d’Erwan Würm décrites dans la revue Boom ! Bang ! : «  l’artiste se démarque plus nettement avec ses « One minute figures » et ses « One minute sculptures », performances pendant lesquelles il demande – au moyen d’une notice – aux visiteurs des musées où il expose de prendre une position particulière pendant un instant très court. S’allonger sur des balles de tennis, rester debout sur deux ballons, enfiler dix pulls, placer des cornichons entre ses doigts de pieds ou prendre une chaise à bras le corps… Quelles que soient les instructions, le résultat est le même : un corps contraint à s’adapter, à se mélanger, à prendre une autre forme souvent non naturelle et la création d’une sculpture éphémère et vivante, caractérisée par l’équilibre précaire et la tension. »
 

Le confinement a inspiré les auteurs, c'est certain.

Déjà plus de 30 photos reçues !

Ni une ni deux, et voici des luminaires mis en scène, une table de cuisine, des stylos ou un arrosoir. Chaque semaine les photographies sont publiées sur la page Facebook de l’association. Déjà une trentaine de propositions artistiques ont été envoyées. Des enseignants d’arts plastiques, séduits par le projet, ont même proposé à leurs élèves de participer. « Cela permet de rester en lien avec notre public, poursuit la présidente. Nous sélectionnerons les meilleures photos/sculptures et nous les exposerons en septembre au château de la Falgalarié à l’occasion du concours d’artistes amateurs, PAC/Montagne Noire. »

L’œil avisé de la spécialiste culturelle a déjà analysé quelques œuvres et noté que le confinement avait marqué les artistes amateurs : « Personnes repliées sur elles-mêmes comme dans un cocon, visages cachés, le confinement a inspiré les auteurs, c’est certain ».

 

Miroir, mon beau miroir... 

Photo participante au défi lancé par le photographe David Milh
Photo participante au défi lancé par le photographe David Milh © Vincent Rouquette


Direction Réalmont pour s’amuser tout en créant avec le photographe professionnel David Milh. Installé dans le Tarn, il a dû lui aussi fermer sa boutique mais n’a pas pour autant poser son appareil photo. Il a lancé un défi via sa page Facebook avec une thématique : « je voulais que les personnes puissent prendre des photographies même si elles n’en ont pas l’habitude, précise le professionnel. Et en même temps il fallait donner un cadre. J’ai donc proposé « Dans mon miroir » où le sujet doit être pris dans un miroir mais attention il ne faut pas que l’appareil soit visible dans le miroir ! »
 
Photo qui a obtenu le plus de "J'aime" sur la page du défi
Photo qui a obtenu le plus de "J'aime" sur la page du défi © Eline Mercier

Des clichés pas si clichés


Résultat, une quarantaine de clichés ont été postés sur sa page et mis en ligne sur son site internet. Enfants, nature, animaux ont ainsi été mis en scène. Le photographe a été particulièrement étonné par les réalisations.

"J’avoue que j’ai été surpris par la créativité, les idées et la qualité des photos." Pas question pour lui de se transformer en jury il a préféré organiser un tirage au sort. Les gagnants ont ainsi remportés des tirages photos qu’ils pourront utiliser dès la réouverture du magasin.

David Milh lancera un nouveau concours dans quelques jours.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
archives archives archives archives archives archives archives
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter