• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Retour à 90 km/h sur les routes du Tarn : combien ça coûte ?

80, 90 km/h marche arrière de l'Etat. / © MAXPPP/MICHEL LABONNE
80, 90 km/h marche arrière de l'Etat. / © MAXPPP/MICHEL LABONNE

Le département du Tarn devrait remettre les panneaux de signalisation à 90 km/h sur son réseau routier.
600 kilomètres de routes départementales sur lesquelles il va falloir échanger le 80 pour replacer le 90. Mais à quel prix ?

Par Xavier Marchand

L'abaissement de la vitesse de 90 à 80 km/h concerne environ 400 000 kilomètres de route. Décidé et appliqué au 1er juillet 2018 par Le Premier ministre, Edouard Philippe. Les panneaux 80 de limitation de vitesse étaient installés sur le bord des routes. Mais à peine un an plus tard, le 6 juin 2019, l'assemblée nationale a voté un assouplissement des 80 km/h sur certaines routes secondaires. Chaque maire ou président de département pourront changer et repasser à 90 km/h. Dès l'automne, lorsque les décrets de la loi d'orientation des mobilités seront signés.
 

Une dépense de 280 000 euros 

Dans le Tarn, le président du département, Christophe Ramond explique qu'il est prêt à remettre 600 kilomètres de voiries d'intérêts départementales. Concrètement cela signifie un changement de 1000 panneaux sur environ 500 carrefours pour un coût de 280 000 euros sur les routes de son département. Le prix pour la fourniture et la pose du panneau est de 280 € TTC / unité.

L'année dernière, cette mesure avait couté 32 184,77 euros pour le remplacement de 82 panneaux. Ce montant a été intégralement remboursé par l'Etat.


"C'est incompréhensible et une aberration, c'est vraiment une mesure parisienne prise sans concertation avec les élus locaux" déclare Christophe Ramond chez nos confrères de France Bleu.
 
Réseau routier du Tarn susceptible de passer à 90 km/h / © conseil départemental du Tarn
Réseau routier du Tarn susceptible de passer à 90 km/h / © conseil départemental du Tarn
Lors du premier semestre d'application, entre juillet et décembre 2018, la diminution de la vitesse autorisée à 80 km/h a permis d'épargner 127 vies selon la sécurité routière.
 

Sur le même sujet

Henri Joyeux ironise sur Agnès Buzyn : "Elle est effondrée, il va falloir la réanimer"

Les + Lus