• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Tarn : 18 mois de prison requis contre l'ancien chef de service de l'hôpital de Lavaur

La défense du docteur Wadish Saïdi a plaidé la relaxe. / © France 3 Occitanie
La défense du docteur Wadish Saïdi a plaidé la relaxe. / © France 3 Occitanie

Le procès de l'ancien chef du service anesthésie et urgences de l'hôpital de Lavaur s'est tenu mardi 4 septembre, devant le tribunal correctionnel de Castres (Tarn). Le médecin est accusé de harcèlement moral et sexuel. 18 mois de prison et 2 ans d'interdiction d'exercer ont été requis.

Par Marie Martin

Des cris, des ordres déplacés, des propos humiliants et sexistes : le quotidien décrit par les plaignants fait état d'un climat de terreur...

Ils sont quatre à avoir porté plainte. Trois femmes et un homme, tous infirmiers, qui accusent l'ancien chef du service anesthésie et urgences de l'hôpital de Lavaur de harcèlement moral et sexuel. 
Les faits auraient duré plusieurs années. 

Selon l'avocat des parties civiles, maître Jean-Marc Denjean, c'est un "climat permanent de terreur" que le docteur Wadih Saïdi aurait instauré.

L'ancien chef de service s'est défendu pied à pied, évoquant une lourde charge de travail, des blagues de carabin sans conséquences. Et même un complot ourdi contre lui, pour le forcer au départ. 
La défense a plaidé la relaxe, concédant que le docteur Saïdi avait un tempérament "véhément et autoritaire" mais qu'il avait dans cette affaire servi de fusible, l'hôpital étant en difficulté au moment des faits. 

Le procureur de la République de Castres a requis contre le prévenu 18 mois de prison, pouvant être assortis de sursis, 2 ans d'interdiction d'exercer son métier ainsi qu'une obligation d'indemniser les victimes.
L'affaire a été mise en délibéré. 
En attendant, le docteur Wadih Saïdi ne reprend pas le travail. Il est toujours sous contrôle judiciaire. 

Voir le reportage de Miryam Brisse et Matthieu Chouvellon, de France 3 Tarn : 
 
Tarn : procès d'un médecin pour harcèlement moral et sexuel

Sur le même sujet

Gilets jaunes : la réaction des commerçants à la veille de la manifestation

Les + Lus