Autoroute Castres-Toulouse : avis favorable de la commission d'enquête, avec des réserves

L'enquête publique sur le projet d'autoroute Castres-Toulouse est ouverte jusqu'au au 23 janvier 2017. / © Emmanuel Wat / France 3 Midi-Pyrénées
L'enquête publique sur le projet d'autoroute Castres-Toulouse est ouverte jusqu'au au 23 janvier 2017. / © Emmanuel Wat / France 3 Midi-Pyrénées

Après presque deux mois d'auditions et de présentation du dossier dans les mairies concernées, l'enquête publique sur le projet d'autoroute Castres-Toulouse s'est achevée le 23 janvier 2017. Les commissaires-enquêteurs viennent de rendre un avis favorable au projet. Avec des réserves. 

Par Laurence Boffet

Pour les commissaires chargés de mener l'enquête publique sur le projet d'autoroute Castres-Toulouse, c'est "oui, mais". Ils viennent de rendre leurs conclusions au Préfet du Tarn et d'émettre un avis favorable, avec des réserves.

Une forte participation du public

Du 5 décembre 2016 au 23 janvier 2017, chacun aura pu profiter de l'enquête publique pour donner son avis sur le projet d'autoroute Castres-Toulouse. Pendant ces sept semaines, des permanences ont eu lieu dans les 24 communes concernées par le tracé. Chacun pouvait également donner son avis sur le projet sur les sites internet des préfectures du Tarn et de la Haute-Garonne.  8751 observations ont été formulées, selon les commissaires enquêteurs qui soulignent la forte participation du public dans leur rapport d'enquête et indiquent que les avis favorables au projet sont majoritaires.

  Un avis favorable

Pour les commissaires enquêteurs, "le désenclavement du bassin castrais est une réelle nécessité" et "la réalisation d’une voie express 2X2 voies est la réponse adéquate pour ce faire". Ils soulignent dans leurs conclusions, "l'urgence de sa réalisation, "au regard de la situation économique actuelle du dit bassin et de l’attente de sa population" Selon eux, la réalisation d’une voie express 2x2 voies limitée à 110 km/h aurait été plus adaptée aux besoins du bassin castrais mais "face à cette urgente nécessité et en absence de capacités financières publiques conséquentes, la concession autoroutière est la solution par défaut la plus appropriée". Ils ont donc rendu un avis favorable aussi bien pour le projet de doublement de l'A680 que pour celui de réalisation d'une autoroute entre Verfeil et Castres. 

 Plusieurs réserves

Les deux avis favorables des commissaires-enquêteurs sont assortis de réserves :
  • Un aménagement de la traversée de la commune et de l’échangeur prévu à Verfeil (31) permettant de limiter de manière significative l’impact actuel du projet sur cette commune car, selon eux, "au regard de son ampleur, l’impact du projet sur la commune de Verfeil n’est pas acceptable en l’état actuel".
  • La réalisation d’un échangeur au niveau de la région de Maurens-Scopont (31), Cambon-les-Lavaur (81) et Vendine (31).
  • Une révision de l'aménagement de l'itinéraire de substitution à l'autoroute, en particulier à hauteur des communes de Soual (81) et Puylaurens (81) car disent les commissaires, "à l’heure où la sécurité routière est une des préoccupations premières du gouvernement, il n’est pas acceptable que l’itinéraire de substitution proposé ne présente pas des conditions de sécurité et de confort au moins égales à celles actuellement offertes par la RN 126".
Retrouvez ici l'intégralité du rapport de la commission d'enquête. 

Voyez ici les explications de Nicolas Bonduelle :
Avis favorable pour le projet d'autoroute Castres-Toulouse
Les commissaires enquêteurs ont rendu leurs conclusions après l'enquête publique sur le projet d'autoroute Castres-Toulouse. Ils émettent un avis favorable mais avec des réserves. - Nicolas Bonduelle

A l'Etat de décider désormais

L'avis de la commission d'enquête publique est seulement consultatif. L'Etat doit maintenant se prononcer sur l'utilité publique du projet. Il a douze mois pour le faire pour le projet de doublement de l’A680 et 18 mois pour celui de l'autoroute Verfeil-Castres.

Retrouvez ici tous nos articles sur le projet d'autoroute Castres-Toulouse. 

Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus