Barrage: une société d'économie mixte dans le collimateur des opposants

© DR
© DR

Les opposants au barrage contesté de Sivens dans le Tarn dénoncent depuis des mois le rôle central d'une société d'économie mixte à l'origine selon eux du caractère surdimensionné et coûteux du projet.

Par Michel Pech

La Compagnie d'Aménagement des Coteaux de Gascogne (CACG) est une société anonyme d'économie mixte (à capitaux majoritairement publics) créée en 1959, dont le siège est à Tarbes et spécialisée dans l'étude et la mise en oeuvre de projets d'aménagement du territoire. Ses principaux clients sont des collectivités territoriales dans le sud-ouest de la France mais elle intervient également à l'international, notamment sur le continent africain. C'est à cette société que le conseil général du Tarn a délégué la maîtrise d'oeuvre du projet contesté de barrage de Sivens.

Le grief principal des opposants au projet, c'est la double casquette de la CACG dans ce projet comme dans d'autres. "Le conflit d'intérêt qu'il y a avec la CACG, c'est qu'ils interviennent en tant que bureau d'étude sur des analyses de besoins en eau et aussi en maître d'ouvrage sur les mêmes bassins où ils ont fait ces études", explique Ben Lefetey, porte-parole du Collectif pour la sauvegarde de la zone humide du Testet, qui regroupe de nombreux opposants au projet. "Donc ils recommandent de faire des barrages et ce sont eux qui bénéficient du marché derrière, c'est ça qui pose problème", résume-t-il.

Interrogée, la CACG rejette cet argument, faisant valoir qu'elle n'est pas toujours retenue, "loin s'en faut", pour réaliser les projets préconisés par ses études. 

Les opposants se demandent aussi si la société envisage toujours toutes les solutions. "La CACG est spécialisée dans les barrages", explique Alain Hébrard, de la Confédération paysanne.  "S'il y a plusieurs solutions, ils retiendront les gros chantiers qui les concernent, pas les solutions alternatives comme par exemple les retenues d'eau collinaires", ces retenues de taille modeste construites par les exploitants agricoles pour l'irrigation de leurs parcelles. En tant que bureau d'études, pointent ses détracteurs, la CACG se prononce non seulement sur l'opportunité de construire un barrage mais en détermine également la taille, et donc son coût final. "Plus ça coûte cher à la collectivité, plus il y a d'impacts environnementaux à étudier et à compenser, plus c'est intéressant pour la CACG", estime M. Lefetey.

Sur le même sujet

Les + Lus