• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Le financement participatif, une affaire qui mousse pour une savonnerie tarnaise !

© E.Wat
© E.Wat

La savonnerie Louise émoi, située à Vielmur sur Agout, vient de boucler avec succès sa première campagne de financement participatif. La PME de 6 salariés a collecté 20.000 euros. Cette somme va permettre de moderniser l'antique outil de découpe de savons. 

Par Emmanuel Wat

C'est pour ne pas solliciter un nouveau crédit auprès d'une banque que l'entreprise artisanale a fait le choix de la finance participative. La savonnerie Louise émoi fabrique depuis 7 ans des produits cosmétiques bio de manière traditionnelle.

Pour améliorer les conditions de travail des salariés, l'investissement dans une découpeuse automatique de savonnettes est devenue incontournable.

La PME s'est lancée dans une campagne de souscriptions auprès de particuliers. Une démarche couronnée de succès !


Le financement participatif a le vent en poupe


Pour d'autres entrepreneurs, le système est aussi un excellent vecteur de communication. C'est le constat de Christophe Baeza, un fabricant de vélos à assistance électrique en Haute Garonne.
 

© E.Wat
© E.Wat



La finance participative continue son essor. Depuis son apparition, le crowdfunding (désolé pour l’anglicisme) a déjà séduit plus de 3 millions de contributeurs en France.

Une soixantaine de plateformes se partage le marché. Elles prélèvent une commission (12% dans le cas de la savonnerie Louise émoi) sur le montant récolté par les campagnes qui aboutissent.

Sur le même sujet

"Essai clinique sauvage" : plutôt une "étude scientifique" pour Henri Joyeux

Les + Lus