• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Hausse des demandes pour intégrer la compagnie des réservistes du 8e RPIMa

L'armée de réserve concerne les jeunes entre 17 et 35 ans. / © France 3 Midi-Pyrénées
L'armée de réserve concerne les jeunes entre 17 et 35 ans. / © France 3 Midi-Pyrénées

Depuis les attentats du 13 novembre à Paris, le 8e RPIMa de Castres enregistre une hausse des demandes pour intégrer la compagnie des réservistes. Le nombre d'appel au bureau de recrutement a doublé en un mois. 

Par Marie Martin

"Je veux servir la France, assurer la sécurité de mon  pays et celle de mes concitoyens" : voilà quelques-unes des phrases que le conseiller recruteur du 8e RPIMa de Castres entend chaque jour depuis les attentats du 13 novembre à Paris.
Depuis un mois en effet, le nombre d'appels au bureau de recrutement a doublé. Des jeunes, pour la plupart, qui souhaitent intégrer la "réserve". 

Au 8e RPIMa (régiment de parachutistes d'infanterie de marine), il existe une compagnie de réservistes. Elle compte 123 militaires, 10 officiers, qui sont notamment engagés sur l'opération Sentinelle, à Paris, Bordeaux ou Toulouse. 

Pour les responsables militaires, ces réservistes sont indispensables au bon fonctionnement non seulement de l'armée mais également de la société.
"Le pendant d'une armée professionnelle efficace, c'est une réserve formée, efficace, à même de conduire des missions opérationnelles", explique Frédéric Danigo, chef de corps du 8e RPIMa. 

Une campagne de recrutement est en cours. Elle concerne tout citoyen âgé de 17 à 35 ans. La Journée nationale du réserviste 2016 aura pour thème : "Une nouvelle réserve militaire pour de nouvelles menaces". Elle se déroulera sur la période allant du 7 mars au 2 avril 2016.

Voir ici le reportage de Miryam Brisse et Sylvain Duchampt, de France 3 Tarn : 

Armée de réservistes au 8e RPIMA

Et puis, clin d'oeil, cette photo de militaires du 8e RPIMa de Castres, à Paris, en compagnie d'un touriste (presque) comme les autres...

 

 / © Eric Feferberg/AFP
/ © Eric Feferberg/AFP

 

Sur le même sujet

Assas : le portrait d'Emmanuel Macron remplacé par une affichette

Les + Lus