Cet article date de plus de 7 ans

José Bové réclame moratoire et médiateur pour le barrage de Sivens

L'eurodéputé écologiste José Bové a réclamé à Albi le gel d'un projet d'un barrage dans le Tarn fortement décrié par des opposants auquel il est venu apporter son soutien, demandant la nomination d'un médiateur.
"Je suis là pour apporter mon soutien très clair" aux opposants au projet de barrage à Lisle-sur-Tarn, a déclaré José Bové devant le Conseil général, maître d'ouvrage du projet, où s'étaient rassemblés une quarantaine d'opposants.  "L'État doit mettre en place un médiateur", a-t-il ajouté, qualifiant le projet de barrage de "non sens écologique et agricole". "Il faut un moratoire" sur sa mise en oeuvre, "on va saisir le ministère de l'Écologie", a ajouté le député européen.

Il en a également "appelé au président du Conseil général pour qu'il écoute les citoyens. J'ai l'impression qu'on est au temps des baronnies locales où l'on essaye de passer en force", a ajouté M. Bové, l'un des deux chefs de file désignés par les Verts pour leur campagne européenne.

Deux collectifs s'opposent au barrage-réservoir d'1,5 million de m3 d'eau stockée qui doit être construit sur la zone humide du Testet, au pied de la forêt de Sivens, dans le nord-ouest du Tarn, par la Compagnie d'aménagement des coteaux de Gascogne (CACG).

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
barrage de sivens politique environnement