• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

La FDSEA du Tarn dépose du fumier devant des grandes surfaces et des permanences de parlementaires

© Sylvain Duchampt/France 3 Tarn
© Sylvain Duchampt/France 3 Tarn

Prolongeant la "Nuit de la détresse", les agriculteurs tarnais ont déversé du fumier devant plusieurs grandes surfaces du département, une sous-préfecture et les permanences de deux députés. 

Par Fabrice Valery

Plusieurs groupes d'éleveurs de la FDSEA du Tarn ont multiplié dans la nuit de mardi à mercredi les dépôts de fumier devant les grandes surfaces du département et les permanences de plusieurs parlementaires pour protester contre la faiblesse des prix payés aux producteurs, a-t-on appris auprès de la préfecture.

Ces actions se sont déroulées entre 3h00 et 5h30 et "n'ont donné lieu à aucune violence ou dégradation" a-t-on ajouté de même source.

Les agriculteurs tarnais avaient annoncé dès lundi leur intention de réaliser une telle opération dans la foulée de "la nuit de la détresse" organisée le 2 juillet dans toute la France par le principal syndicat agricole.
© Sylvain Duchamps/France 3 Tarn
© Sylvain Duchamps/France 3 Tarn
"C'est un ras-le-bol des producteurs bovins de lait, de viande et des éleveurs de porc par rapport aux prix pratiqués par les grandes surfaces", expliquait mardi à une correspondante de l'AFP le président de la Fdsea du Tarn Philippe Jougla.

Selon la préfecture, les agriculteurs sont passés à l'acte en sept points du département, en particulier devant les grandes surfaces de la banlieue d'Albi, à Castres, Réalmont, Graulhet et Mazamet. Devant chaque grande surface ils ont aussi planté une banderole indiquant "Plus de prix moins de normes !".

A Castres ils ont également déversé du fumier devant la sous-préfecture et devant les permanences parlementaires des député(e)s Linda Gourjade (PS) et Philippe Folliot (UDI).

Depuis la "nuit de la détresse", la FNSEA a demandé à ses troupes de maintenir la pression sur la grande distribution et les abattoirs.

En dernier lieu, des dizaines d'agriculteurs ont bloqué les caravanes publicitaires des marques Cochonou et Carrefour, mardi à Tarbes, avant le départ de la 10e étape du Tour de France jusqu'à La Pierre-Saint-Martin (Pyrénées-Atlantiques). Les caravanes des deux marques avaient déjà dû renoncer à participer à la 8èmr étape Rennes-Mur-de-Bretagne, samedi, en raison d'une action similaire des éleveurs.

Sur le même sujet

Montpellier : le procès d'un Gilet jaune reporté à la demande du Parquet

Les + Lus