Télévision : rapprochement BFM-VIA REGIONS, Altice rompt les accords en cours

VIAGROUPE l'a annoncé dans un communiqué ce mercredi 2 décembre en fin d'après-midi, Altice a rompu "unilatéralement" les accords en cours avec le groupe de télévisions régionales privées. Le groupe implanté notamment en Occitanie est-il désormais en danger ?
ViàOccitanie est un réseau de chaînes de télévision locales diffusé en Occitanie sur la TNT par le groupe BFM-vià régions depuis 14 mois
ViàOccitanie est un réseau de chaînes de télévision locales diffusé en Occitanie sur la TNT par le groupe BFM-vià régions depuis 14 mois © Capture d'écran
L'objectif était clair : constituer une entité BFM-VIA REGIONS afin de développer un réseau de chaînes régionales locales. Des négociations étaient en cours depuis plus d'un an. Cette annonce de rupture "unilatérale" met fin au projet.

"Nous sommes abasourdis" confie Olivier Roirand. Le rédacteur adjoint, aussi secrétaire du CSE s'étonne : "Le motif invoqué par Altice serait qu'ils ne s'attendaient pas à une telle dette de notre groupe. Mais ils ont nos comptes depuis 14 mois !"

"En plus quand vous avez l'accord du CSA et que vous êtes dans la création finale de la société, attendre le dernier moment pour vous retirer, c'est incompréhensible" rajoute le délégué du personnel.

Le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel avait effectivement donné son aval dès le 31 mars dernier. L'opération était claire : permettre à BFM de s'implanter en régions et donner les moyens à VIAGROUPE de renforcer son réseau, avec par exemple la création d'une chaine d'information locale à Toulouse sur le modèle de BFM Paris.
 

Méthode "honteuse"

VIAGROUPE regrette dans son communiqué qu'"à l'heure où plus que jamais la parole doit être donnée aux régions, cette rupture soudaine risque une fois de plus de porter un coup fatal à un formidable projet vital pour la pluralité de l'information et la cohésion nationale". Mais au-delà n'est-ce pas la survie de la structure qui est en  jeu ?

"Le groupe doit désormais s'attacher à tout mettre en oeuvre pour préserver le projet du réseau VIA, ses cinq chaînes locales en propre - en Occitanie et en Martinique - et ses 120 salariés en France Metropole et Outre-Mer" indique VIAGROUPE dans son communiqué.

"Moi en tant que secrétaire du CSE je suis inquiet, avoue Olivier Roirand. Mais on n'a pas dit notre dernier mot. Ce n'est pas la première crise que nous traversons".  En interne, d'autres jugent la méthode d'Altice "vraiment honteuse", "mais nous avons la ressource" nous assure-t-on.

Nous avons tenté de joindre Christophe Musset, le PDG de VIAGROUPE. En vain. 
Dans la soirée, le service presse d'Altice nous faisait parvenir les propos d’Arthur Dreyfuss, Directeur général d’Altice Médias :

"Les conditions du partenariat entre BFM Régions et ViàGroupe à 50-50 n'étaient absolument plus réunies à l'issue d'un audit approfondi que nous avons mené et qui a révélé un certain nombre d’incohérences et un niveau de dette substantiellement plus important qu'au début des discussions. Ce partenariat à 50-50 se révélait alors impossible.

La réalité économique financière et commerciale du réseau Vià révélée par l'audit que nous avons mené nous a conduit à mettre un terme aux discussions. Nous avons évidemment informé le CSA de cette nouvelle situation.

L'ambition de BFM en régions demeure intacte. L'information au plus près des territoires est une priorité pour le groupe en témoigne le déploiement important de nouvelles chaînes BFM en région. Après BFM Paris, BFM Lyon, BFM Grand Lille, BFM Grand littoral, le groupe lancera en début 2021, les chaînes BFM DICI dans les Alpes du Sud et les Alpes de Haute-Provence. Nous croyons plus que jamais à l'information locale 
".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région occitanie télévision économie médias