Toulouse : Carole Delga première femme élue présidente de Régions de France ce vendredi à Paris

La présidente PS d'Occitanie, Carole Delga, est devenue ce vendredi la première femme à diriger l'une des trois principales associations d'élus françaises, en prenant la tête de Régions de France. Elle veut faire de la "décentralisation" son cheval de bataille pour son mandat de trois ans.
Paris - Carole Delga lors de la conférence de presse suivant son élection à la présidence de Régions de France - 9 juillet 2021.
Paris - Carole Delga lors de la conférence de presse suivant son élection à la présidence de Régions de France - 9 juillet 2021. © maxppp Vincent Isore

Après sa très large victoire aux régionales avec 57,77% des suffrages, Carole Delga, à un mois de ses 50 ans, succède à la tête de Régions de France à Renaud Muselier, le président LR de Provence-Alpes-Côte d'Azur qui assumera les fonctions de président délégué pendant trois ans.

"Nous formons un binôme à l'accent (méridional), celui des Pyrénées pour moi et celui de la Méditerranée pour Renaud", a affirmé la présidente d'Occitanie lors d'une conférence de presse au siège parisien de cette organisation qui regroupe les 18 régions françaises, dont 13 métropolitaines.

Nous avons décidé qu'il y aurait une alternance parce que nous sommes dans une parité entre la droite et la gauche.

Carole Delga, présidente de Régions de France

Précisant que le binôme Delga/Muselier avait été élu à l'unanimité.

Avec la présidence de Régions de France, Carole Delga se met en lumière à un moment où certains à gauche voient en elle une possible candidate à l'Elysée en 2022. Elle a toutefois réaffirmé récemment son engagement auprès d'Anne Hidalgo, la maire de Paris, en vue de l'échéance.

Née dans une famille modeste où on ne parlait pas de politique, Carole Delga a connu une ascension linéaire, sans accroc. Maire de Martres-Tolosane, 2.300 habitants, à 70 km de Toulouse, puis députée et secrétaire d'Etat au Commerce, elle fait en 2015 le choix gagnant de briguer la région Occitanie au détriment de sa fonction au gouvernement.

Dans trois ans, à mi-mandat, elle prendra les fonctions de présidente déléguée et sera remplacée à la tête de Régions de France par le centriste Hervé Morin, président de la Normandie, qui avait déjà occupé cette fonction il y a six années pendant trois ans également.

Grâce à cette élection, la présidente d'Occitanie devient la première femme à présider l'une des trois principales associations d'élus nationales -Association des maires de France (AMF), Assemblée des départements de France (AdF) et Régions de France-, même si la maire PS de Nantes Johanna Rolland préside depuis l'automne France Urbaine, qui regroupe les grandes villes de France. 

"Carole Delga première femme présidente de Régions de France, Johanna Rolland première femme présidente de France Urbaine et Valérie Rabault première femme présidente de groupe à l'Assemblée nationale", se sont félicités les députés socialistes sur Twitter.

Décentralisation, un débat relancé

Carole Delga arrive à ce poste avec la décentralisation comme cheval de bataille...

"Nous sommes tous profondément attachés à la décentralisation, à la nécessité de faire des propositions très concrètes dans les prochains mois pour faire en sorte que notre pays soit mieux organisé et puisse répondre aux attentes de nos concitoyens", a expliqué la présidente fraichement élue.

Nous sommes dans cette dynamique collective de porter ce projet d'une nouvelle décentralisation pour le pays (...) avec la nécessité de lever des barrages pour l'action des collectivités locales.

Concernant la Corse, elle s'est engagée à demander au gouvernement "un travail sur une autonomie progressive (...) en défendant bien sûr cette République une et indivisible à laquelle nous sommes tous très attachés".
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique parti socialiste carole delga région occitanie fusion des régions réforme territoriale décentralisation