Toulouse et Montpellier : les sages-femmes ne veulent plus être les invisibles de la médecine

Dans le cadre d'un mouvement de grève national, les sages-femmes ont manifesté partout en France pour dénoncer leurs conditions de travail. Les rassemblements de Toulouse et de Montpellier comptaient chacun une centaine de personnes.

Les sages-femmes se sont rassemblées pour demander une amélioration de leurs conditions de travail. - Toulouse (Haute-Garonne) - 5 mai 2021
Les sages-femmes se sont rassemblées pour demander une amélioration de leurs conditions de travail. - Toulouse (Haute-Garonne) - 5 mai 2021 © FTV

C’est leur 5e jour de mobilisation depuis le mois de janvier. Après les journées d’action du 26 janvier, 10 et 24 février et du 8 mars, les sages-femmes manifestaient ce mercredi partout en France pour dénoncer leurs conditions de travail. 

Un haut niveau de formation, mais peu de reconnaissance

Sur la place du Capitole, à Toulouse, elles étaient une centaine à se retrouver. De nombreuses banderoles et chansons portaient leurs revendications : une reconnaissance de leurs compétences médicales, qui se traduirait par une revalorisation de leurs salaires au niveau de ceux des médecins. 

Les sages-femmes ont mené une action "die-in", une manifestation couchée pour protester symboliquement. Toulouse (Haute-Garonne) - 5 mai 2021
Les sages-femmes ont mené une action "die-in", une manifestation couchée pour protester symboliquement. Toulouse (Haute-Garonne) - 5 mai 2021 © FTV

Sur la place de la Comédie, à Montpellier, elles étaient également une centaine à porter les mêmes revendications. Sages-femmes libérales, des centres hospitaliers, ou territoriales... Toutes se décrivent comme les "invisibles" du personnel soignant. Après avoir été "au front" pendant la crise sanitaire, elles s'estiment "peu considérées".

 "Les sages-femmes sont formées pendant cinq ans, reconnus quatre. Pour les nouveaux diplômés, les modalités d’embauche sont précaires avec des niveaux de salaires inacceptables, 1600€ dans certaines structures", détaille l'Organisation Nationale Syndicale des Sages-Femmes.  

"Nous demandons davantage de titularisations. Trop de contrats sont des CDD", explique Lucile Sablayrolles, sage-femme à Montpellier syndiquée à la CGT.

Classées dans la catégorie du paramédical seulement, les sages-femmes ont de plus en plus de responsabilités. Echographies, suivi de la grossesse, accouchement, accompagnement à la parentalité, contraception... Face à la pénurie de gynécologues sur le terrain, par manque d'effectif, les cadences s'accélèrent dans les hôpitaux. 

"On ne les connaît pas assez, on ne les reconnaît pas assez...", soupire Mathilde Vignaud. La jeune femme n'est pas sage-femme, mais future maman. 

"Elles nous suivent avant, pendant, après. Même le dimanche, elles sont là pour me rassurer parce que je vais avoir une césarienne. Elles ne comptent pas leurs heures ! Pour tout ça, j'ai envie de leur dire merci", conclut-elle, la voix serrée par l'émotion.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
mouvement social économie social société santé grève