Cet article date de plus de 5 ans

Une pétition réclame le nom d'Occitanie pour la nouvelle grande région

Lancée par un Ariégeois, pas engagé dans le milieu occitaniste mais parce qu'il trouve cela "logique", la pétition en ligne a déjà recueillie 12 000 soutiens.
Romain Quilés n'est pas un militant. Il n'est pas occitaniste. Mais il souhaite trouver un nom à la nouvelle grande région dans laquelle il habite.

"Quand j'ai vu la longueur du nom Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées, explique-t-il, je me suis dit qu'il fallait trouver rapidement un nom plus court, qui convienne à tout le monde". Le jeune homme s'est donc tourné logiquement vers le nom d'Occitanie, celui qu'il trouve "le plus logique, du point de vue de l'histoire et des frontières du territoire, même si les Catalans peuvent ne pas s'y reconnaître, mais finalement, ils ne représentent que 5 % de la population !"

Début janvier, il a donc lancé une pétition en ligne intitulée "Changez le nom de votre région. Dîtes Oui à l'Occitanie !" et adressée à Carole Delga, la présidente PS de la nouvelle région.

"En quelques jours, il y avait 3000 signatures, explique-t-il, et puis ça s'est calmé". En fait, ces derniers jours la pétition, en ligne depuis environ un mois, a démarré sur les chapeaux de roues, recueillant 12 000 soutiens ce mardi 2 février

Le nom Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées est un nom provisoire, la région devant trouver avant le mois de juin prochain un nom qui convienne à (presque) tout le monde. La région, selon nos informations, devrait mettre en place un comité de "sages" pour choisir une short-list et la proposer au vote des internautes, selon un mode de scrutin dématérialisé qui n'est pas encore totalement validé à l'hôtel de région.

Quant au nom Occitanie, s'il ravit les Occitanistes, il a aussi ses opposants : les Catalans, bien-sûr, mais aussi ceux qui sont plus attachés à la modernité et à l'avenir qu'à des notions linguistiques ou historiques. Une bataille des modernes et des anciens en quelque sorte, qui devrait s'exprimer largement lors de la consultation prévue sans doute au printemps. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région occitanie politique fusion des régions réforme territoriale