• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Paris mène la chasse aux meublés touristiques : nouvelle opération de contrôle ce matin

Depuis 2014, les contrôles dans les locations saisonnières à Paris ont permis de récolter 5 millions d'euros d'amende. / © France 3 Paris.
Depuis 2014, les contrôles dans les locations saisonnières à Paris ont permis de récolter 5 millions d'euros d'amende. / © France 3 Paris.

C'est dans le 18ème arrondissement de Paris que les inspecteurs de la Mairie de Paris se sont déployés ce matin. Objectif : traquez les appartements touristiques non déclarés.  L'an dernier, près de 188 logements ont ainsi été épinglés. Et les amendes ont dépassé les deux millions d'euros.

Par A.B avec Charles Behr.

Opération surprise ce matin à Paris dans un immeuble du quartier Lamarck-Caulaincourt dans le 18e arrondissement. Les contrôleurs de la ville de Paris soupconnent un propriétaire de louer son appartement de façon illégale. Rapidement, l'enquête de voisinnage les méne devant l'appartement en question. "Vous habitez ici ? Non. Vous avez loué l'appartement ?"
Derrière la porte, une touriste assure être de passage pour la nuit, ce qui conforte les enquêteurs à contacter le propriétaire. "On va lui écrire pour qu'il puisse nous fournir tous les justificatifs. Mais vu tous les éléments que nous avons, c'est un dossier qui ira certainement au contentieux." 
Une trentaine d'employés de la mairie de Paris inspectent régulièrement les locations saisonnières à la recherche de fraudeurs. / © Charles Behr / France 3 Paris.
Une trentaine d'employés de la mairie de Paris inspectent régulièrement les locations saisonnières à la recherche de fraudeurs. / © Charles Behr / France 3 Paris.
Depuis quelques mois, une trentaine d'employés de la mairie de Paris sont chargés de traquer les contrevenants. Et multiplient les contrôles car près de 60 % des logements airbnb ne seraient pas déclarés à Paris. Et pourtant, c'est obligatoire depuis décembre 2017. Par ailleurs, un particulier ne peut louer plus de 120 jours par an s'il s'agit de sa résidence principale. Pour ces enquêteurs, ce sont surtout ceux qui louent toute l'année qui posent problème, les propriétaires devenus de vrais professionnels de la location. "Ca diminue le nombre de logements disponibles pour les Parisiens", explique l'une des inspectrices. 
 

La plateforme Airbnb dans le viseur

Egalement dans le viseur de la ville de Paris, Airbnb. Le leader ne retireraient pas les annonces illégales de sa plateforme selon l'adjoint au logement (PCF) Ian Brossat. "On peut pas accepter qu'une entreprise fasse de l'argent avec des annonces dont elle sait qu'elles sont illégales puisque la limite légale est de 120 jours. Comme Airbnb touche de l'argent pour chaque nuitée, elle sait quand sont dépassées les 120 nuits."
Pour chaque location illégale, la plateforme américaine risque une amende de 12 500 euros. Mais Airbnb conteste systématiquement sa responsabilité.
 
 
En 2018, 179 condamnations ont été prononcées devant le Tribunal de grande instance de Paris, pour une amende moyenne d'un peu plus de 14 000 euros. Depuis 2014, les contrôles ont permis de rapporter 5 millions d'euros d'amendes. 

 

Sur le même sujet

incendie Montfermeil

Les + Lus