• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Seine-et-Marne - Plainte contre une fromagerie après la mort d'une femme atteinte de listériose

La Société fromagère de la Brie tourne à l'arrêt après avoir été mise en cause dans un cas de Listeria début avril. / © CHARLY TRIBALLEAU / AFP
La Société fromagère de la Brie tourne à l'arrêt après avoir été mise en cause dans un cas de Listeria début avril. / © CHARLY TRIBALLEAU / AFP

La Société fromagère de la Brie fait l'objet d'une plainte déposée par la famille d'une femme de 64 ans, décédée début mai d'une listériose. Un lien a été établi avec un fromage fabriquée par l'entreprise et consommé par la victime.

Par Marc Taubert

Tourmente à la Société fromagère de la Brie, basée dans le village de Saint-Siméon, en Seine-et-Marne. Françoise Maudhui, une femme âgée de 64 ans, est décédée le 3 mai d'une forme grave de listériose après deux mois d'hospitalisation a appris France 3 Bourgogne-Franche-Comté ce vendredi 24 mai.

Elle avait acheté et consommé un coulommiers au lait cru fabriqué dans cette entreprise seine-et-marnaise. Sa famille a déposé plainte pour homicide involontaire par violation manifestement délibérée d'une obligation de sécurité ou de prudence auprès de la gendarmerie d'Auxerre, selon L'Yonne Républicaine.
 

Contamination à la listeria

Françoise Maudhui a été admise aux urgences de l'hôpital d'Auxerre le samedi 9 mars suite à une aggravation de ses symptômes : des maux de tête et d'une hausse de sa température. "Elle ne pouvait plus sortir de son lit. Son mari l’a alors amenée aux urgences de l’hôpital d’Auxerre. Comme ils ne pouvaient pas la prendre en charge, elle a été transportée à l’hôpital de Fontainebleau où elle est arrivée dans la soirée. Elle a été admise en réanimation et elle y est restée tout du long", raconte Dominique Le Meur, le frère de la victime.

Rapidement, une forme grave de listériose est diagnostiquée. Le frigidaire du couple est inspecté et le lien établi avec le coulommiers. Cette maladie, d’origine alimentaire, est due à la bactérie "Listeria monocytogenes". Elle peut entraîner une infection du sang voire du système nerveux.
La Société fromagère de la Brie est basée dans le village de Saint-Siméon, en Seine-et-Marne. / © France 3
La Société fromagère de la Brie est basée dans le village de Saint-Siméon, en Seine-et-Marne. / © France 3
 

Déjà deux cas de Listéria

Face à ce cas, la décision est prise de "rappeler l’ensemble des fromages au lait cru et au lait pasteurisé fabriqués par la Société Fromagère de la Brie sur son site de St Siméon" qui "ont été commercialisées jusqu'au 09/04/2019", selon un communiqué du ministère de la Santé et de l'Agriculture. Il précise aussi les lots visés (crèmes et fromages parfois commercialisés par d'autres marques).
De son côté, la Fromagerie de la Brie, sollicitée, n'a pas souhaité répondre à nos questions. Une attitude qui désespère la famille de la victime : "il n'y a eu aucune communication officielle de la direction sur le sujet. Aucune prise de responsabilité ni de message de soutien à destination des personnes potentiellement touchées".

Par ailleurs, elle rappelle que la fromagerie a déjà été fermée trois fois en six ans pour des faits similaires : en 2013, des fromages avaient déjà été rappelés et le site avait dû fermer en 2015.
 

Les employés en chômage partiel

Depuis le rappel des lots (des milliers de produits), une soixantaine de salariés de la fromagerie sont en chômage partiel pour une durée indéterminée rapporte France 3 Bourgogne-Franche-Comté.

Une pétition a été lancée, par une salariée de l'entreprise semble-t-il. Elle affirme que "depuis l'arrêt de l'activité, plusieurs tonnes de fromages ont déjà été jetées" et entend "protéger une entreprise familiale, un savoir-faire, les fromages au lait cru d’appellation d'origine protégée, une production agricole qui fait vivre l'économie locale".

Périco Légasse, journaliste à Marianne et critique gastronomique, interrogé début avril par Le Parisien, évoquait, un "acharnement". "La Fromagère de la Brie est dans le collimateur des pouvoirs publics depuis un moment. Elle est aussi dans le collimateur des industriels de l’agroalimentaire car elle paye plus cher les producteurs de lait. Qui veut noyer son chien, l’accuse de la rage."
 

Sur le même sujet

À Bagnolet, même les agents municipaux déversent les déchets dans une décharge sauvage

Les + Lus