Cinq membres du groupe Kohlantess finissent en garde à vue après une blague dans un bureau de vote

Publié le
Écrit par M. Taubert avec Abdel Joudi

Ce dimanche, cinq membres de ce groupe qui parodie l'émission Koh-Lanta dans les quartiers, sont allés voter avec des masques des principaux candidats aux présidentielles. Une initiative qui n'a pas plu à la présidente du bureau de vote de Fresnes.

"Désolé Mélenchon, ce n'est pas possible de rentrer, c'est mort, ce n'est plus pour aujourd'hui", raconte hilare l'un des membres de Kohlantess à un autre portant le masque du candidat de La France Insoumise ce dimanche de second tour.

La scène est tournée le 24 avril à Fresnes, dans le Val-de-Marne. Deux autres membres du groupe portent des masques de Marine Le Pen et Emmanuel Macron. "On n'a rien perturbé. On est allé voter avec des masques. La dame (la présidente du bureau, ndlr) nous a demandé de les enlever, ce que l'on a fait. On ne lui a pas manqué de respect. Je lui ai dit : 'on fait juste une petite vidéo devant le bureau de vote, ne vous inquiétez pas, il ne se passe rien'. Elle était énervée et nous a dit : 'vous sortez, ne mettez pas les masques'", raconte Djibril Dramé, membre de Kohlantess.   Un coup de fil à la police, et l'affaire prend une autre tournure. Les cinq personnes sont interpellées et sommées de suivre les agents.

"Les policiers m'ont dit qu'ils allaient nous relâcher. Ils nous connaissent, regardent Kohlantess. Mais la dame leur a dit 'non' parce qu'on avait 'perturbé le bureau'. De vérification, c'est passé à garde à vue. On a fait 23h de garde à vue pour une blague. Certains n'ont pas pu travailler le lendemain. C'est traumatisant une garde à vue", poursuit Djibril Dramé.

"Blague potache"

L'article L98 du code électoral précise bien que : "Lorsque, par attroupements, clameurs ou démonstrations menaçantes, on aura troublé les opérations d'un collège électoral, porté atteinte à l'exercice du droit électoral ou à la liberté du vote, les coupables seront punis d'un emprisonnement de deux ans et d'une amende de 15 000 euros".

Mais selon, Me Louis le Foyer de Costil, avocat, "on est ici dans la blague potache. En regardant la vidéo, on voit bien qu'il n'y a pas eu, ni volontairement, ni involontairement, de trouble électoral. Cela n'a empêché personne de voter et cela n'a influencé personne".

Kohlantess est connu pour organiser des épreuves en les détournant de la fameuse émission de télévision dans les cités.