Cet article date de plus de 6 ans

Qui est Mickaël Dos Santos, le second djihadiste français identifié dans la vidéo de l'EI ?

Dans la nuit de mardi à mercredi, François Hollande confirmait la présence d'un second Français parmi les bourreaux de l'organisation État Islamique. Mercredi matin, la France découvrait l'identité de cet homme, originaire de Champigny-sur-Marne.
Un second djihadiste présent sur la vidéo de décapitation d'otages mis en scène par le groupe État Islamique diffusé dimanche dernier a été identifié mercredi 19 novembre au matin. Selon les informations de France 2 recueillies auprès des services de renseignements, ce second bourreau est un jeune homme de 22 ans originaire de Champigny-sur-Marne.

Mickaël Dos Santos, ou Abou Othman de son « nom de guerre », avait déjà été repéré en 2013 alors que la filière du département été en voie d'être démantelée.

Localisé en Syrie depuis 2013

Localisé en Syrie, il a formellement été identifié comme l'un des égorgeurs aperçus dans la vidéo de l'exécution du travailleur humanitaire américain Peter Kassig ainsi que de 18 soldats syriens.

Selon les services de renseignements, Mickaël Dos Santos n'en est pas à sa première action violente. Son nom était apparu dès l'automne 2013, peu de temps après son départ pour la Syrie. À l'époque, Mickaël avait surpris ses proches en se convertissant brusquement à l'islam.

Un jeune homme très actif sur les réseaux sociaux

Très actif sur les réseaux sociaux, le jeune homme en est à son cinquième compte Twitter, les quatre précédents ayant été supprimés en raison de ses contenus. Et il n'y va pas de main morte. Dans ses publications, toutes en français, il n'hésite pas à appeler aux armes et poste régulièrement des photos d'atrocités commises par l'organisation État Islamique contre les soldats syriens et les combattants kurdes.

D'après les services de renseignements, ces images choquantes témoignent d'un profil très inquiétant. La situation l'est d'autant plus puisque plusieurs membres de son entourage, originaires également du Val-de-Marne, seraient encore dans la région avec lui.

Une enquête a été ouverte pour assassinats en bande organisée en relation avec une entreprise terroriste, visant le jeune homme ainsi que le premier Français identifié, Maxime Hauchard, originaire de l'Eure qui dit s'être radicalisé avec des vidéos sur internet.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
terrorisme religion société