• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Wallerand de Saint-Just met l'accent sur le soutien à l'activité économique pour son programme régional

© AFP
© AFP

Mercredi 14 octobre, Wallerand de Saint-Just a présenté son programme pour les élections régionales en Ile-de-France. Le candidat du FN a la présidence de la région veut renforcer le soutien à l'activité économique. Il propose aussi des économies sur le train de vie de la région. 

Par AFP

Wallerand de Saint-Just, tête de liste du Front national aux régionales de décembre en Ile-de-France, a présenté mercredi un programme d'"amaigrissement" de 2% pour 2016 des dépenses de la région, entretenant un certain flou sur ce à quoi il s'attaquerai

"Il faut arrêter de grossir pour commencer à maigrir", a lancé M. de Saint-Just en feuilletant les 84 pages de son programme lors d'une conférence de presse à La Plaine-Saint-Denis (Saint-Denis).

100 millions d'euros, soit 2%, seraient "gelés" pour une baisse de la fiscalité régionale. Les 140 millions d'euros de "dégagements budgétaires" restants seront "répartis sur des politiques que nous voulons abonder", "l'action économique, les transports, la sécurité".

Le chef de file régional, qui est aussi trésorier du FN et à ce titre mis en examen dans l'enquête sur son financement, a ciblé sous forme de chiffres les budgets qu'il compte rogner : ceux d'investissement concernant l'enseignement supérieur et surtout la politique de la ville, ceux de fonctionnement concernant la culture et le soutien à l'emploi.

Invité à préciser tel ou tel point de son programme d'un point de vue budgétaire, M. de Saint-Just a répondu : "Je suis incapable de détailler, je donne une volonté politique".

Wallerand de Saint-Just présente son programme pour les régionales


Parmi les propositions, pour certaines déjà égrenées, une banque publique régionale d'investissement, des centres de santé urbains dans les "banlieues surpeuplées et difficiles", l'embauche ou l'aide à l'embauche de "deux agents de sécurité armés" dans chacune des "381 gares SNCF ou RATP" de la région, et de manière générale un accent sur la dynamisation de l'activité économique.



M. de Saint-Just s'en est pris au "train de vie honteux de la région" mais n'entend pas diminuer les indemnités "correctes" des conseillers régionaux. Il a aussi proposé des "référendums d'initiative populaire" au niveau régional, sur les "moyens accordés à l'accueil des clandestins" ou sur "les compétences régionales".

Sur le même sujet

Le festival d'Auvers-sur-Oise dans les crèches et les entreprises

Les + Lus