"Nos enfants crèvent de faim !" : un pique-nique de protestation contre une cantine dans les Yvelines

120 parents et enfants se sont mobilisés ce vendredi midi pour dénoncer la qualité et la quantité de nourriture servies aux élèves d'Orgeval dans les Yvelines. Ils s'indignent également contre les défaillances du service périscolaire.

"A Orgeval, on mange mal !" Une soixantaine d'enfants s'époumonent en tapant sur des casseroles et des tambourins entre l’école primaire Pasteur et la mairie d'Orgeval. Une cinquantaine de parents se sont libérés ce vendredi midi pour les accompagner avec des banderoles et une sono. On n’avait jamais vu une telle manifestation dans les rues tranquilles de cette commune de 6 000 habitants.

Motif principal de leur mécontentement : la cantine, dont la qualité se serait dégradée depuis le début de l’année. "Nos enfants crèvent de faim ! " s'exclament tous les parents rencontrés, en montrant la photo d’un repas qui résume leur colère : une cuillère de hachis végétarien, un yaourt et une banane verte.

Mon fils se jette sur le goûter quand il rentre à la maison

Isabelle, parent d'un élève de CE2, Ecole Pasteur d'Orgeval

"Ma fille, en CP, pique du pain à la cantine, mais se fait gronder si elle les mange dans la cour de récréation", ajoute Myriam. "Comme il n’y avait plus rien à manger, mon fils de CM2 a eu comme repas à midi deux madeleines !" se désole une maman. "Ma fille a eu le droit à un demi-poisson pané et pas de frites car il n’y en avait plus", ajoute une autre.

Et quand on demande leur avis aux enfants, c’est souvent le même son de cloche. "C’est pas bon, alors souvent on laisse."

« Les légumes sont tout mous et sans goût. La sauce sur les pates est dégoutante et les fruits sont pas mûrs »

Léo, élève de l'école primaire Pasteur d'Orgeval

Ce genre de messages, l’AGPE, association des parents d’élèves d’Orgeval l'a fait remonter en mairie depuis plusieurs semaines. Mais sans réponse satisfaisante. Ils ont donc mené cette action symbolique du 10 novembre : désinscrire leur enfant de la cantine et pique-niquer dans le parc de la mairie. « On est obligé de poser une journée de RTT pour se faire entendre, c’est dingue ! » déplore Hélène Manthey, vice-présidente de l’AGPE.

Des parents d'élèves excédés, le maire se défend

Durant 45 minutes, le maire Hervé Charnallet (Horizons) est entouré d’une dizaine de mamans, très remontées sur la qualité des repas, mais aussi sur le service, géré lui, par le personnel municipal : 420 beignets oubliés dans le frigo lundi, des portions très inégales entre le premier et le début de service, des tables jugées pas toujours propres. "Certains parents payent jusqu’à 8 euros pour cela, c’est un scandale !"

Un peu acculé, le maire, élu en 2020, rappelle qu’il n’y a jamais eu de mécontentement avant cette année, mais qu’il prend conscience, face à cette mobilisation, de l’urgence de trouver des solutions. "Nous avons deux leviers d’action. Demander à Convivio, notre fournisseur de repas, de faire plus et mieux. Et il y a notre personnel municipal à qui nous devons demander d’être plus attentif. Ce n’est effectivement pas normal d’oublier 420 desserts dans un frigo et de ne pas donner les mêmes quantités aux enfants s’ils mangent en début ou en fin de service."

Convivio, l'entreprise de restauration se justifie

Convivio qui fournit les 670 repas quotidiens des élèves de primaires et de maternelles d’Orgeval était la seule entreprise de restauration à avoir répondu à l’appel d’offres lancé par la commune en 2023. Pour ne pas répercuter l’inflation sur les tarifs, le groupe a décidé, en accord avec la mairie, de ne plus proposer d’entrée ou de dessert à chaque repas. Mais "tout est fait dans le respect de la réglementation et du cahier des charges validé par la mairie et supervisé par une diététicienne", nous explique Convivio qui produit dans ses cuisines du Havre 15 000 repas quotidiens pour de nombreuses écoles de Normandie et d’Ile-de-France, mais aussi des crèches, des entreprises, et des maisons de retraite.

"La mairie ne nous a jamais remonté qu’il y avait des problèmes", précise le service communication. Tous les 2 mois, les menus sont établis en accord avec la mairie et les parents d’élèves lors des commissions cantine. "Notre diététicienne leur fait des propositions de repas équilibrés sur toute la semaine et c’est à eux de choisir", se défend le groupe qui se dit néanmoins très intéressé par les remontées des parents et du personnel de cantine pour mieux satisfaire les enfants et éviter ce mécontentement.

Et pourquoi pas une cuisine communale ou intercommunale ? 

Mais ce dont rêvent les parents, c'est d'une cuisine locale, avec un chef qui prépare sur place et le matin-même des repas qui ont du goût, au lieu de réchauffer des plats en barquette préparés la veille à 170 km d'Orgeval. Le maire s'y est dit peu favorable pour une question de coût, mais s'est engagé à étudier la question. "Pensez à vos électeurs Monsieur le Maire, vous auriez tous les parents dans votre poche"!, a lancé en souriant une maman, convaincue que si les enfants jettent moins, cela permettra de faire des économies.

Centre de loisirs : jusqu'à 50 euros la journée et pas de feuille pour dessiner

Les parents ont profité de l'échange musclé avec le maire ce vendredi midi pour détailler la deuxième raison de leur mobilisation : la qualité jugée "déplorable" des activités périscolaires. Nombreuses sorties annulées, absence de matériel de jeux ou même de dessin, alors que la journée peut-être facturée jusqu’à 50 euros en fonction du quotient familial. Là aussi, le maire Hervé Charnallet s’est engagé à tout faire pour améliorer la situation. Depuis des mois, il n’y avait ni maire-adjoint, ni directeur des services scolaire et périscolaire. Début octobre, une nouvelle directrice du service a enfin été recrutée et un nouveau maire adjoint sera élu fin novembre. Le maire s’est engagé à faire le point avec l’équipe d’animation pour améliorer la prise en charge des enfants.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Paris Ile-de-France
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité