Route des Pavillons en forêt de Saint-Germain : qui doit payer ?

L'Office national des forêts menace de fermer la route des Pavillons qui passe en forêt de Saint-Germain dans les Yvelines. Or cette route est empruntée chaque jour par des milliers de conducteurs. L'ONF demande le concours financier des communes avoisinantes pour entretenir cette voie.

C'est un panneau qui soulève l'indignation d'automobilistes et d'élus. Érigée à la sortie de la commune de Maisons-Laffitte dans les Yvelines, cette pancarte annonce que la route des Pavillons, qui permet de traverser la forêt, d'est en ouest, pourrait être tout bonnement fermée à la circulation à partir du 3 juillet.

Un avertissement sans frais de l'ONF, l'Office national des forêts, qui gère cette route pour le compte de l'État. Contacté à ce sujet, l'Office se justifie : cette route se dégrade ( ..) elle présente de nombreux nids-de-poule ( .. ) et il n'est pas dans nos missions de pourvoir à l’entretien de son enrobé".

La route forestière des Pavillons passe à travers la forêt de Saint-Germain. Cet axe long de quelques kilomètres a été bitumé, à l'origine, pour permettre l'accès à la forêt," pour le confort des usagers", fait savoir l'ONF, "pour la circulation des tracteurs, des véhicules de la SNCF ". Un technicentre de maintenance de transport SNCF s'étend en bordure de la route.

Mais aujourd’hui, cette route forestière est devenue un axe de transit très fréquenté. Près de 7 000 à 8 000 véhicules l'empruntent dans les deux sens tous les jours. Cet axe permet surtout d'atteindre plus rapidement la nationale 184. Un raccourci stratégique pour des conducteurs venant du Val-d’Oise et des Yvelines qui traversent le massif forestier pour se rendre notamment à leur travail.

"Une méthode déplorable"

Le panneau, installé à la sortie de Maisons-Laffitte depuis une semaine, suscite moultes protestations. Jacques Myard, le maire DVD de la commune est indigné : "je suis réellement opposé à cette fermeture, je n'accepte pas ce genre de message, la méthode est absolument déplorable ". Pour le maire de cette commune, la fermeture aurait des conséquences néfastes pour l'environnement, pour la sécurité routière. L'édile redoute à terme des embouteillages monstres dans sa commune. Avec cette fermeture, "il y aurait un report de circulation à l'ouest de commune ( .. ) qui viendrait percuter tout le trafic de la départementale 308 qui traverse Maisons-Laffitte ou il y a déjà près de 2000 véhicules/jour ! ", prédit-il. 

Du côté des conducteurs, une pétition contre la fermeture de la voie forestière circule sur les réseaux sociaux. La pétition a déjà recueilli plus de 500 signatures assorties de commentaires de conducteurs très mécontents. On peut y lire la réaction inquiète, par exemple de Kim : " j'emprunte cette route quotidiennement pour aller travailler, la fermeture de cette route engendrerait un allongement d'une vingtaine de minutes de mon temps de trajet" ou encore, ce commentaire sans appel de Marlène : " je trouve inadmissible que l'Etat ne participe pas aux travaux de voirie et on reporte le problème de circulation ailleurs. On va encore polluer beaucoup plus. C'est inadmissible".

À la recherche d'une convention 

Depuis plus de deux ans, l'ONF veut l'instauration d'une convention qui permettrait de pérenniser le financement de l’entretien de cette route avec le concours des communes riveraines. Comme Saint Germain-en-Laye au sud de la forêt, Achéres a l'ouest ou Maisons-Laffitte à l'est.

L'ONF annonce qu'une solution pourrait être trouvée dans les " deux à trois jours " avec les communes avoisinantes et la préfecture, pour que cette voie forestière reste ouverte.

Le maire de Maisons-Laffitte qui au passage rappelle que sa commune a déjà versé 50 000 euros pour l'entretien, affirme que " la route des Pavillons ne fermera pas (.. ) On va trouver des solutions, mais il ne s'agit pas de refaire de fond en comble la route, mais de l'entretenir correctement et pas avec des coûts prohibitifs ", précise Jacques Myard qui fustige au passage l'Etat, qui ne donne pas selon lui, les moyens à l'ONF pour entretenir son patrimoine. "Les communes ne sont pas des vaches à lait et nous ne sommes pas là pour pallier tous les manques de l'Etat", assène-t-il .

l