Culture : faites “un pas de côté” avec le chef cuisinier Eric Guérin pour oublier un peu...le confinement !

Artistes, acteurs culturels, ils ont été les têtes d’affiche du magazine de la création ArtOtech. Confinés et bloqués dans leurs activités comme nous, nous leurs demandons de leurs nouvelles. Le chef étoilé Eric Guérin nous parle de son confinement depuis sa Brière.






 
#alamaison avec Eric guérin
#alamaison avec Eric guérin
Comment les artistes, les organisateurs de festivals, de manifestations culturelles, les artisans du spectacle vivant vivent cette période de confinement liée à la propagation du coronavirus ?
Nous avons contacté les têtes d'affiche du magazine de la création #Artotech pour prendre de leurs nouvelles, faire un point sur leurs situations personnelles, professionnelles. L'occasion de leur demander des idées, des conseils pour égayer cette période forcée du chacun chez soi.
C’est depuis le marais de Brière en Loire Atlantique où le chef étoilé Eric Guérin a posé ses valises voici 25 ans qu'il nous a envoyé cette carte postale vidéo.

 
#alamaison le chef Eric Guérin nous parle de son confinement


Il y a des rencontres dont le hasard n’est pas fortuit. Lorsque ce jeune chef romantique épris de nature, de liberté découvre le paysage sauvage et inhospitalier du marais, il sait qu’ils devront s’apprivoiser avant que de s’aimer. Cette rencontre a en tout cas permis d’écrire une belle histoire nourricière et créatrice, celle de son restaurant étoilé.


Je ne cherche pas à faire dans le démonstratif ou à suivre les tendances. Je laisse juste l’envie guider le geste, parce que pour moi c’est là que se situe la magie de la cuisine.

Eric Guérin 
 

Pour ArtOtech, le chef Eric Guerin nous a reçu dans son restaurant "la mare aux oiseaux" au coeur du marais de brière. Pour lui la cuisine commence toujours par un dessin, il nous explique pourquoi :

 
Eric Guérin du croquis à l'assiette
 

Le chef Eric Guérin pour Artotech nous parle de son amour pour le marais de Brière où il a ouvert son restaurant, il y a 25 ans :

 
Le chef Eric Guérin se livre sur son amour du marais de Brière
Biographie d'Eric Guérin
Originaire de Toulouse, une enfance en normandie, non loin des jardins de Claude Monet et une école hôtelière à Paris, il n’en fallait pas moins pour poser les bases ! Après une première expérience à la Tour d’Argent, Éric Guérin passe 2 années au Taillevent, puis service militaire oblige, il officie en tant que cuisinier privé de Pierre Joxe au sein du Ministère de la Défense. Il intègrera ensuite les cuisines du Jules Verne, la table perchée au 2ème étage de la Tour Eiffel. Mais les lumières de la ville ne suffisent pas à nourrir l’inspiration de cet entrepreneur amoureux de la nature.
C’est lors d’une escapade dans les marais de la Brière, royaume des oiseaux et des roseaux, que l’évidence s’impose au jeune chef : l’Ile de Fedrun, ce décor propice aux « Il était une fois… », tour à tour baigné de lumière ou protégé d’un voile de brume est l’endroit idéal pour faire son nid, sa maison, son restaurant. C’est dans ce village où il passait ses vacances qu’en avril 1995, à l’âge de 25 ans, Éric Guérin reprend l’Auberge du Parc et ouvre sa Mare aux Oiseaux (20 couverts et 4 chambres).
Depuis, la Maison n’a cessé de grandir, de s’agrandir, d’accueillir de nouveaux collaborateurs entre ses murs  et de nouveaux oiseaux dans le jardin. De superbes chambres – 15 au total, de la standard à la suite duplex – offrent désormais un cocon douillet aux gourmets désireux de prolonger cette expérience hors du temps. La première étoile est venue récompenser, en l’an 2000, le talent et la singularité du chef, qui, loin de se reposer sur ses lauriers, a poursuivi ses voyages, ses plongées dans d’autres cultures et même d’autres univers comme celui de la télévision en participant à de nombreuses émissions comme «Top Chef», «Dans la peau d’un chef» ou «Coup de jeune en cuisine».
En 2012, c’est un second coup de cœur, cette fois pour une villa anglo-normande du début du 20e siècle, qui le pousse à ouvrir une seconde adresse à Giverny : Le Jardin des Plumes. Vite récompensé, là-encore, par une étoile au guide Michelin.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société cuisine culture gastronomie artotech art terroir culture régionale ils sont les pays de la loire artisanat économie