Culture : faites “un pas de côté” avec Daniel Cuiller pour oublier un peu...le COVID19

Artistes, acteurs culturels, ils ont été les invités du magazine de la création artOtech. Confinés et bloqués dans leurs activités comme nous, nous prenons de leurs nouvelles. Le musicien, Daniel Cuiller créateur de Stradivaria nous envoie une vidéo musicale pour une période "baroque"
© artOtech / France Télévisions
Comment les artistes, les organisateurs de festivals, de manifestations culturelles, les artisans du spectacle vivant vivent cette période de confinement liée à la propagation du coronavirus ?
Nous avons contacté les têtes d'affiche du magazine de la création Artotech pour prendre de leurs nouvelles, faire un point sur leurs situations personnelles, professionnelles. L’occasion de leur demander de prendre la parole, en artistes qu’ils sont, sur cette période inédite que nous vivons.
Le musicien, créateur de Stradivaria nous envoie une carte postale musicale de chez lui
 
#alamaison le message de Daniel Cuiller créateur de l'ensemble baroque Stradivaria



Véritable institution  nantaise, l’ensemble Stradivaria a fêté ses 30 ans. Stradivaria est l’une des formations baroques les plus reconnues au monde. Elle est régulièrement invitée aux quatre coins de la planète. Créé et toujours dirigé par le violoniste Daniel Cuiller l’ensemble est resté fidèle à son ambition des débuts : Interpréter le répertoire des XVIIe et XVIIIe siècles et respecter l’exigence historique de ce patrimoine. Stradivaria est riche d’une discographie d’une vingtaine d’albums et d’enregistrements avec les plus grands solistes du monde. Voir ou revoir la séquence d'Artotech avec Daniel Cuiller, c'est ici :

 
Daniel Cuiller directeur et créateur de Stradivaria
Quelques repères sur Daniel Cuiller 
En 1982, il crée l’Ensemble Baroque de France avant d’être, à la demande de William Christie, 1er violon de l’orchestre des Arts Florissants  jusqu’en 1986 ce qui le mènera, dès 1987, à diriger Stradivaria, orchestre spécialisé dans le répertoire baroque et classique.
Sa discographie en solo sur instrument original (Sonates de Fontana, Corelli & Co, Fantaisies de Telemann, Concertos de Leclair, Corrette, Pergolèse) rejoint la vingtaine d’enregistrements réalisés à la direction de Stradivaria (Universal, Cyprès, K617, Mirare), projets consacrés à la musique ancienne.
Sa carrière de professeur l’a conduit à impulser un mouvement pédagogique fort auprès de nombreux Conservatoires régionaux (Nantes, Angers, Brest, Caen, Rouen, Metz, Nancy, Cergy …) et nationaux (CNSMD de Paris et Lyon) ainsi qu’à Prague, aux Rencontres de l’Escorial (Madrid), et à l’Académie Internationale de Sablé (1992-2002).
Daniel Cuiller dirige des projets autour de la musique ancienne et anime des master-classes (Rome, Madrid, Montréal, Calcutta, Taïwan, Pékin) et depuis 2012 au Shiodome Hall (C.C.F. Tokyo).
A la tête de l’Ensemble Arion de Montréal, il a dirigé la musique de ballet de Jean-Ferry Rebel qui reçoit en 2006, le Prix Opus du meilleur enregistrement et le Prix Opus du meilleur concert de l’année, au Québec.
La restitution et la re-création de la tragédie lyrique « Pirame et Thisbé » de Rebel et Francoeur (Angers Nantes Opéra-2007) fait suite à ses recherches à la B.N.F. Il a écrit la musique de scène de « Galantes Scènes » (A.N.O & Bruxelles /2010-2011).
Dernièrement, Daniel Cuiller a exhumé un « Te Deum » d’Henry Madin (1742) qui a fait l’objet d’un concert et d’un enregistrement live à la Chapelle Royale de Versailles avec l’Ensemble Baroque de Nantes et les Cris de Paris.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus - confinement : envie d'évasion santé société artotech culture art télévision économie médias spectacle vivant musique ils sont les pays de la loire terroir culture régionale coronavirus/covid-19