Intrusion d'Extinction Rebellion à la raffinerie TotalEnergies de Donges : les syndicats réclament des mesures

Après l'intrusion de soixante militants d'Extinction Rebellion samedi 24 mars au sein de la Raffinerie de Donges en Loire-Atlantique ,site classé Sévéso, les syndicats demandent des explications à la direction. TotalEnergies a porté plainte.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Ils sont venus déguisés en clowns, ont déployé une banderole et sont restés environ une heure au sein de la raffinerie de Donges, site classé Seveso, dans le cadre d'une action nationale visant à dénoncer les 100 ans du groupe pétrolier français.

De l'aveu même de la direction du site "il n'y a pas eu dégradation sur le site" à part le grillage qui a été découpé par les militants d'Extinction Rebellion lors de leur action du samedi 24 mars 2024.

Dans cette vidéo postée sur leurs réseaux sociaux on voit les militants d'Extinction Rebellion juchés sur une cuve d'une vingtaine de mètres de haut  déployer une banderole sur laquelle on peut lire " Fini tes crimes et tes clowneries"

A lire aussi : Action coup de poing d'Extinction Rebellion à la raffinerie Total de Donges près de Saint-Nazaire

Reste que cette intrusion pose question pour les syndicats du site de Donges, deuxième raffinerie de France où travaillent 650 salariés et qui stocke plus de deux millions de mètres cubes de pétrole brut et de produits finis.

Les syndicats demandent une réunion extraordinaire

Les syndicats de Total Energies Donges demandent des comptes à leur direction sur cette situation, alors que partout en France le plan Vigipirate vient de passer à son niveau le plus élevé "urgence attentat" depuis l'attentat dans une salle de concert à Mocsou.

Le délégué FO de la raffinerie de Donges Marin Guillotin était de service ce samedi 23 mars 2024 au moment de l'intrusion des membres d'Extinction Rebellion.

Cité par France Bleue Loire Ocean Marin Guillotin explique "visiblement ils n'avaient pas de mauvaises intentions" mais il déclare également "ça interpelle sur le côté sécuritaire"

"On se dit par où ils sont passés et est-ce que ça peut se reproduire" et "si c'était des personnes avec des mauvaises intentions, qu'est-ce qui pourrait se passer" avoue le délégué FO de Donges.

En son nom personnel, Marin Guillotin se pose aussi "la question d'une complicité de personne" possiblement ex-salarié de l'entreprise, évoquant un point de passage répertorié comme un des plus faibles en matière de sécurité, toujours selon la même source.

Demandée par les syndicats de la raffinerie, la tenue d'un Comité Social et Economique extraordinaire sur ce sujet est au programme jeudi 28 mars 2024.

Une faille de sécurité

De son côté l'Association Environnementale Dongeoise des Zones à Risque et du PPRT qui regroupe depuis 2011 les familles de riverains de la raffinerie n'hésite pas à parler de 'faille de sécurité".

Par comparaison, l'autre action d'Extinction Rebellion visant le même jour une autre raffinerie du groupe TotalEnergies s'est déroulée à l'extérieur du site situé près du Havre, en Seine-Maritime.

Sa présidente Marie-Aline Le Clerc avoue une "convergence de vues" avec Extinction Rebellion même si elle note une différence "dans les modes d'actions".

"On converge sur le problème, c'est-à-dire qu'on dénonce les uns et les autres le fonctionnement de l'industriel qui pollue, qui expose à des risques" explique la présidente de l'AEDZRP. 

Dans leur action ils avaient aussi certainement la volonté de montrer que tous ces sites qu'on dit soi-disant hyper sécurisés ne le sont pas tant que ça finalement. Et ils en ont fait la preuve.

Marie-Aline Le Clerc

présidente de l'Association Dongeoise des Zones à Risques

"En découpant simplement un grillage, ils ont pu accéder au site pendant quasiment une heure, prendre le temps d'aller accrocher leur banderole sur une cuve" note la présidente de l'Association Dongeoise des Zones à Risques

"Ils n'avaient pas d'intention malveillante, c'était très clair"  rajoute Marie-Aline Le Clerc "mais ils voulaient aussi démontrer le fait que la sécurisation de ces sites peut poser question" note-t-elle.

"Je pense que les salariés ont intérêt à s'inquiéter de ce qui se passe et par ricochet nous aussi bien évidemment" conclut Marie-Aline Le Clercprésidente de l'Association Dongeoise des Zones à Risques.

Nous avons contacté la direction de la raffinerie TotalEnergies de Donges qui "refuse d'en dire plus" au prétexte d'un sujet touchant à la sécurité.

La raffinerie de Donges à l'arrêt depuis le 20 février pour "des corrosions et des fuites" doit reprendre son activité au début du mois d'avril.

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux et sur france.tv