Var: les aquaculteurs contre le retour des farines animales

Alors que la Commission Européenne autorise à nouveau les farines animales dans l'alimentation des poissons à partir du 1er juin, les aquaculteurs eux, y sont opposés. Reportage dans la baie de Tamaris.

Un aquaculteur du var
Un aquaculteur du var © france 3 toulon
Après la crise de la "vache folle" ( ces animaux touchés par une épidémie d'encéphalopathie spongiforme bovine), les farines animales avaient été interdites dans l'alimentation des ruminants en 1997, et dans celle des autres animaux en 2001. Elles étaient accusées d'être à l'origine de l'épidemie.

12 ans plus tard, Bruxelles revient sur cette décision et donne son feu vert pour réintroduire ces protéines animales transformées dans l'alimentation des poissons. Pour la Commission Européenne il s'agit d’améliorer la « durabilité à long terme du secteur de l’aquaculture, car ces PAT (protéines animales transformées) pourraient être un substitut précieux aux farines de poisson, qui sont une ressource rare ».

Le président de la République, lui, ne veut pas de ces farines animales. François Hollande s'est dit contre, samedi, alors qu'il était en visite au salon de l'Agriculture.

Gaston Franco, député européen des Alpes-Maritimes est lui aussi contre. Il alerte sur les risques sanitaires liés au retour des farines animales.

Pour l'instant, la réintroduction des farines animales ne concernerait que l'aquaculture. Mais les professionnels du secteur ne veulent pas, non plus, des farines animales pour leurs poissons. Exemple dans le Var, chez un aquaculteur de Tamaris.

durée de la vidéo: 01 min 47
Le retour des farines animales?

 

Pour en savoir plus sur les farines animales:
- Farines animales pour les poissons : une réintroduction, un flot de questions
- Farines animales : une traçabilité difficile à garantir



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
alimentation
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter