VIDÉO. Flamme olympique : le chaudron refuse de s'allumer au troisième jour du relais, à Manosque

Plus sur le thème :

Le relais de la flamme olympique se poursuit. Jusque-là, tout se passait très bien. Mais le 11 mai, premier problème technique : le chaudron olympique a refusé de s'embraser, à Manosque, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Et ce, malgré les efforts de la nageuse Ophélie-Cyrielle Etienne, médaillée de bronze sur le relais 4x200 m nage libre à Londres en 2012.

"10, 9, 8 […] 3, 2, 1, 0". Le zéro le plus long de l’histoire. Malgré un décompte enflammé par le speaker, le chaudron olympique a refusé de s’embraser samedi 11 mai, à Manosque, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Malgré tous les efforts de la nageuse Ophélie-Cyrielle Etienne, médaillée de bronze sur le relais 4x200 m nage libre à Londres en 2012, le grand anneau a sans doute été victime d’un problème technique.

@france3paca Le chaudron de la flamme olympique ne s'est pas allumé à Manosque ce samedi 12 mai à l'issue de la troisième étape du relais de la flamme. Il devait être enflammé par Ophélie-Cyrielle Etienne, médaillée de bronze sur le relais 4x200 m nage libre à Londres en 2012 #flamme #jo2024 #chaudron #manosque ♬ son original - France3Paca

Dans le doute, le speaker décide de relancer le décompte, Ophélie-Cyrielle Etienne redouble d’efforts et tente une seconde fois de l’allumer. En vain. Il avait pourtant pris feu sans problème les jours précédents à Marseille puis à Toulon. Pas de panique, les gardiens de la flamme sont venus la mettre en sécurité afin qu'elle puisse poursuivre le relais jusqu'à Paris.

Une traversée spectaculaire de Sisteron

Pour rappel, le premier chaudron avait été allumé par Jul, la star du rap français, sur le Vieux-Port de Marseille. Un choix qui a d’ailleurs fait parler de lui et a suscité bon nombre de réactions. Pour la première journée du relais de la flamme olympique, Didier Drogba, ancien joueur de l’OM, a allumé le chaudron au pied du stade Vélodrome. Puis c’est au tour du comédien Charles Berling d’en faire de même vendredi, à Toulon.

Jusqu'à présent, le relais de la flamme s'est déroulé sans incident à travers les Alpes-de-Haute-Provence, un département rural et montagneux. Samedi, il a notamment traversé Sisteron, où il a été remarqué lors d'un relais collectif organisé par des grimpeurs de la Fédération d'escalade, sur le rocher de la Baume, face à la Durance. Le relais continuera jusqu'au 26 juillet à Paris.

Partie de Moustiers-Sainte-Marie, passée par Sisteron et donc Digne-les-Bains – où elle a aussi été portée par l'ex-footballeur Alain Boghossian, champion du monde 1998 – la flamme est ensuite allée dans le petit village de Colmars-les-Alpes, puis à Forcalquier, Barcelonnette et enfin Manosque.

Dimanche, elle sera de retour dans les Bouches-du-Rhône, avec un passage à Cassis et une arrivée à Arles. Au total, le "feu" olympique va passer entre les mains de 10.000 "éclaireurs", dans 400 villes de France, pour terminer sa route au bord de la Seine et embraser la vasque lors de la cérémonie d'ouverture des JO-2024 de Paris, les troisièmes Jeux parisiens après 1900 et 1924.