live

Mort d'Émile : traces de morsures sur le crâne, vêtements retrouvés... Les avancées de l'enquête

Le procureur de la République d'Aix-en-Provence, Jean-Luc Blachon est revenu sur la suite de l'enquête sur la mort d'Émile ce mardi 2 avril. Toutes les hypothèses sont relancées après la découverte du crâne et de vêtements dans un périmètre à deux kilomètres du lieu de la disparition du garçon

Ce qu'il faut savoir

Chute ? Accident ? Enlèvement ? Rien ne permet, à ce jour, de savoir ce qui s'est passé ce 8 juillet dernier, jour de la disparition du petit Émile. Le procureur de la République d'Aix-en-Provence, a fait un point sur les dernières découvertes et sur l'avancée de l'enquête qui s'est accélérée ces derniers jours. Les investigations ont pris une nouvelle tournure le 30 mars dernier, lorsque le crâne du petit Émile a refait surface. Ce 1ᵉʳ avril, des vêtements ont été aussi retrouvés. De nombreuses questions restent en suspens. L'enquête se poursuit au Vernet à proximité du lieu des découvertes. 

  •  Des vêtements retrouvés
    Des chaussures, une culotte et un T-shirt ont été retrouvés près du lieu de la découverte du crâne. Ces nouvelles découvertes ont été envoyées pour analyses. L'enquête se poursuit. Le procureur a insisté sur le fait qu'il était impossible d'affirmer que le lieu de la découverte des vêtements et du crâne avait été fouillé en juillet.

  • Le crâne présente des traces de morsures et des fissures
    Selon le procureur de la République d'Aix-en-Provence Jean-Luc Blachon, les analyses effectuées sur le crâne permettent d'affirmer qu'il présente des traces de morsures post-mortem, et des fissures post mortem également. Ces analyses ne permettent pas encore de définir les causes du décès. Les recherches, menées par une centaine de personnes, gendarmes, anthropologues, équipes cynophiles, se concentrent sur les abords d'un chemin de randonnée dans une zone boisée et escarpée.
  • La randonneuse a ramené le crâne chez elle 
    Samedi 30 mars, une femme définie comme "une promeneuse" a alerté la gendarmerie. Elle a découvert des ossements, près d'un chemin de randonnée. Elle les a ramassés et est rentrée chez elle, puis a joint les forces de l'ordre. Ces restes ont été authentifiés dimanche comme appartenant au jeune Émile, qui a disparu de la maison de ses grands-parents en juillet dernier. 

Le Live

Retrouvez la conférence de presse du procureur de la République d'Aix-en-Provence Jean-Luc Blachon après la découverte d'ossements du petit Emile, disparu depuis le mois de juillet au Vernet.
  • Avatar
    Avatar
    France 3
    Rédaction Il y a 0 sec
    Ce direct est terminé
    Nous fermons ce direct sur l'affaire Émile. L'enquête se poursuit au Vernet. Nous vous donnons rendez-vous mercredi sur France 3 Provence-Alpes. Merci à tous et toutes de nous avoir suivis.
  • Avatar
    Avatar
    France 3
    Rédaction Il y a 0 sec
    Revivez la conférence de presse du procureur en vidéo
  • Avatar
    Avatar
    France 3
    Rédaction Il y a 0 sec
    Le crâne découvert à 2 kilomètres de la maison des grands-parents
    La distance à vol d'oiseau entre la maison des grands-parents et le lieu de découverte du crâne, est environ de 1,7 km, à pieds 25 minutes, soit environ 2 km. On ne connait pas la capacité de marche de l'enfant.
  • Avatar
    Avatar
    France 3
    Rédaction Il y a 0 sec
    Un t-shirt, des chaussures et une culotte retrouvés
    Il a été trouvé hier, à 150 mètres du lieu de découverte du crâne, des vêtements, t-shirt, chaussures et culotte, éparpillés sur quelques dizaines de mètres. Aucun autre ossement n'a été retrouvé . Les premières analyses ont permis de trouver des fissures sur le crâne post mortem, des traces de morsures. L'aspect des os et e dépôts, permet de savoir qu'ils n'ont pas été enfouis, mais soumis à différentes températures .
  • Avatar
    Avatar
    France 3
    Rédaction Il y a 0 sec
    Le crâne présente des traces de morsures
    Aucun traumatisme ante-mortem n'a été relevé. Le crâne présente des traces de morsures. Les premières analyses ont permis de trouver des fissures sur le crâne, dus à des traumatismes post-mortem. Des traces de morsures, probablement d'animaux ont été observées. L’aspect des os permet d’affirmer qu'ils n'ont pas été enfouis, mais soumis à différentes températures. "Le crâne a pu être déplacé, par les animaux, par les conditions climatiques… Les investigations se poursuivent".
  • Avatar
    Avatar
    France 3
    Rédaction Il y a 0 sec
    Impossible de donner les circonstances de la mort
    "Ces seuls os ne permettent pas de dire qu'elle est la cause de la mort d'Émile. L'enquête se poursuit, sous forme criminalistique. Entre chute, homicide ou meurtre, on ne peut privilégier les circonstances de la mort d'Émile, ce n'est satisfaisant pour personne, ni pour la famille, ni pour les enquêteurs".
  • Avatar
    Avatar
    France 3
    Rédaction Il y a 0 sec
    La promeneuse a ramené le crâne chez elle dans un sac en plastique
    Ce lieu peut être rejoint à pied dès le bas du village en 25 min à marche d'hommes, et le terrain est très pentu. À proximité de ce chemin, il y a un ruisseau. Le crâne a été découvert entre 12 heures et 14 heures par une femme. Elle s’est saisi du crâne en le plaçant dans un sac de plastique elle est rentrée chez elle et a prévenu les gendarmes le terrain présente une très forte déclivité, une zone très végétalisée en été.
  • Avatar
    Avatar
    France 3
    Rédaction Il y a 0 sec
    Les températures en juillet ont pu altérer les recherches
    "Je ne peux pas affirmer que chaque mètre carré a été fouillé" en juillet .
    "Les températures à l'époque ont pu altérer les détecteurs de températures des drones et le flair des chiens au moment des recherches".
    "Aucun, lien ne peut -être établi, entre la mise en situation et la découverte des ossements"
  • Avatar
    Avatar
    France 3
    Rédaction Il y a 0 sec
    Revenir sur les dernières évolutions de l'enquête
    "Nos pensées sont tournées vers la famille d'Émile Soleil", commence le procureur.
    "Les militaires dépêchés sur place au Vernet, ont travaillé tout de suite et dès le lendemain, sur une zone de plusieurs km, zone sur laquelle a été trouvé, le 30 mars, le crâne d'Émile".
    Le procureur a souligné que les drones et les chiens n'ont peut-être pas travaillé sur la zone où ont été retrouvés les restes d'Émile.
  • Avatar
    Avatar
    France 3
    Rédaction Il y a 0 sec
    Les recherches se sont accélérées ces dernières heures
    editor-image
    Les meilleurs spécialistes ont été dépêchés sur place, dont les équipes cynophiles. Cinq chiens formés à retrouver des corps sont à l'œuvre. "Ils sont capables de travailler en surface, mais aussi en sous-terrain, jusqu'à un mètre sous terre", a détaillé le maître chien, le major Jean-Marie.