VIDEO. "On est chez nous, restez chez vous" : des habitants de Cruis soutiennent le parc photovoltaïque de la montagne de Lure

Les habitants de Cruis excédés, se mobilisent. Ils disent en avoir assez des mensonges des opposants au parc photovoltaïque et de leurs dégradations. Pacifiquement, ils revendiquent le droit de retrouver une certaine sérénité.

Des habitants de Cruis (Alpes-de-Haute-Provence) sont en colère, et ils veulent le faire savoir. Photos à l’appui, ils montrent les dégradations perpétrées par les opposants au parc photovoltaïque. Les riverains demandent le retour au calme. "Arrêtez de nous embêter ! On est chez nous, restez chez vous, déclare à France 3 Provence-Alpes Brigitte, une habitante excédée par l'attitude des militants écologistes, mobilisés depuis des semaines.

"On en a marre de toujours entendre des mensonges sur ce parc photovoltaïque. On est d’accord sur la commune, alors pourquoi des gens de l’extérieur viennent nous embêter et faire des dégradations dans notre village, nos chemins de randonnée", ajoute-t-elle.

durée de la vidéo : 00h01mn37s
Les habitants du village de Cruis excédés par les actions des écologistes contre le parc photovoltaïque sur la montagne de Lure. ©FTV

Ils ont donc décidé de passer à l’action en essayant de mobiliser la commune avec un mot d’ordre : "arrêtez les dégradations". "Je suis en train de distribuer un tract pour appeler les gens de Cruis qui en ont un petit marre d’avoir une opposition permanente pour le parc photovoltaïque, et nous les invitons à se déplacer le 20 janvier pour manifester leur ras-le-bol", explique Alain Bessac, un autre habitant.

"Arrêtez les dégradations et les mensonges"

D’autant que les dégradations sont aussi visibles dans le village. "C’est dommage, parce qu’en plus, nous avons la chance de faire partie des villages et cités de caractère", poursuit, désolé, Alain Bessac.

Des citoyens, qui rappellent aussi qu’ils aiment leur forêt dont ils prennent soin. "Qu’on retrouve la montagne de nos ancêtres, nos aïeux, qui nous permettait de nous promener, qui acceptaient tout le monde. Au lieu de se retrouver en permanence dans des situations qui n’ont plus rien à voir avec ni l’écologie, ni la nature", ponctue Alain Trouchet, un habitant. Les Cruissiens veulent reprendre la main sur la vie de leur commune.