"Les espèces sauvages ne voient pas leurs besoins respectés" rassemblement contre les spectacles de rapaces à la fête Biot et les Templiers

Les responsables d'associations de défense des animaux se sont donnés rendez-vous ce dimanche matin pour manifester symboliquement contre les spectacles de rapaces. Des spectacles de fauconnerie sont organisés en vol libre, plusieurs fois par jour durant la fête médiévale.

L'association PAZ (Paris Animaux Zoopolis) veut faire cesser les spectacles de rapaces et convaincre la mairie de Biot où sont programmés des spectacles pendant la fête des templiers. Le collectif animalier 06 s'est joint au mouvement :  

On veut exprimer notre demande, (faite depuis le mois de septembre) on veut anticiper la fin des spectacles et renoncer dès cette année. Les rapaces sont asservis, dressés, ce n'est pas acceptable.

Michèle Durieux, Présidente du Collectif animalier 06 

à France 3 Côte d'Azur

Les associations ont organisé un rassemblement (d'une vingtaine de personnes) à l’entrée de la fête médiévale ce dimanche 7 avril pour se faire entendre. Une pétition en ligne a aussi réuni plus de 18.000 signatures. 

Durant tout le week-end, ces spectacles de fauconnerie organisés en vol libre, plusieurs fois par jour mettent en scène buses, faucons, aigles et vautours.

Pour les associations : "ces spectacles ont beau être présentés comme des moments ludiques ou pédagogiques, ils causent pourtant du tort aux animaux de bien des manières. Certaines espèces sauvages ne voient pas leurs besoins respectés".

Du côté des dresseurs, on se défend régulièrement, comme dans cet article sur une autre fête médiévale en Haute-Savoie où l'organisateur Vincent Humbert, le fondateur du Grand Parc d'Andilly, explique sur les cinq jours d’évènements, "les rapaces participent à trois voire quatre spectacles par jour", une façon de "faire de la pédagogie" selon l’organisateur. "Nous faisons ça pour que les gens comprennent mieux la nature. Je suis admiratif des gens qui ont des convictions, mais ne nous trompons pas de combat" poursuit-il.

Dans le cas de cette manifestation de Biot, les organisateurs du spectacle n'ont pas été contactés par les associations : " ce qui compte, c'est de ne plus réserver ce type de spectacle" selon Michèle Durieux présidente du collectif 06.

On a décidé de proposer une contre pétition parce que nous avons des très bons retours du public.

Fabien Llorens, responsable capacitaire des animaux

à France 3 Côte d'Azur

Contacté par la rédaction de France 3 Côte d'Azur, le responsable capacitaire de la compagnie, Fabien Llorens, présent à la fête des templiers de Biot explique : "nous n'avons rien à voir avec des cirques. Nous avons un véritable message pédagogique, une vraie crédibilité. Je suis passé devant une commission à Paris pour faire valider le projet et le contenu scientifique. Nous connaissons nos oiseaux, leurs besoins et leurs caractéristiques."

Pour lui, les associations "n'agissent pas assez pour le bien-être animal" et de mettre en avant : " nous nous sommes à l'origine des programmes de réintroduction du gypaète barbu, du pygargue à queue blanche..." 

Selon lui, le public réagit très bien et il espère que les décrets d'application de la loi assoupliront les mesures concernant son activité, qu'il différencie de celle des spectacles de cirque. 

Ce que dit la loi

 La loi promulguée en novembre 2021 dispose :

> Ils sont interdits, dans les établissements itinérants, la détention, le transport et les spectacles incluant des espèces d'animaux non domestiques. Cette interdiction entre en vigueur à l'expiration d'un délai de sept ans à compter de la promulgation de la loi n° 2021-1539 du 30 novembre 2021 précitée.

Les spectacles seront donc interdits en 2028. D'ici là, les spectacles sont autorisés. 

La loi du 30 novembre 2021 visant à lutter contre la maltraitance animale et conforter les animaux et les hommes introduit de nombreux articles et dispose, entre autres, que : 

  • Il est interdit de présenter des animaux domestiques ou non domestiques en discothèque.
  • La présentation en animaleries d'animaux visibles d'une voie ouverte à la circulation publique est interdite
  • L'offre de cession en ligne d'animaux de compagnie est interdite.
  • La cession à titre gratuit ou onéreux aux mineurs d'un animal de compagnie est interdite en l'absence de consentement des parents ou des personnes exerçant l'autorité parentale
  • Les manèges à poneys, entendus comme attractions permettant, pour le divertissement du public, de chevaucher tout type d'équidé, via un dispositif rotatif d'attache fixe privant l'animal de liberté de mouvement, sont interdits.

Les spectacles de Biot et les templiers s'achèvent ce dimanche soir.