Gestion du port de Golfe-Juan : la Chambre régionale dénonce une appropriation de bien public dans une "commune passive"

La Chambre régionale des comptes de PACA a publié un rapport sur la gestion du port de plaisance Camille Rayon de Vallauris-Golfe-Juan. Il révèle comment les familles Rayon et Rodriguez ont privatisé le port à leur profit, dans une commune « passive » face à leurs agissements.
Au menu notamment du conseil municipal de Vallauris-Golfe-Juan dans les Alpes-Maritimes de ce lundi 7 décembre : le rapport de la Chambre régionale des comptes sur la gestion de son port de plaisance créé en 1989.
Il dénonce une appropriation de bien public de la part de son gestionnaire, la Société du Nouveau Port de Vallauris Golfe-Juan (SNPVGJ).

Le rapport révèle que seul un « petit nombre de professionnels du secteur de plaisance administre les affaires du port. Or la gestion d’un port de plaisance reste une activité de service public exercée sur le domaine public maritime » .

Il en ressort, outre une perte de contrôle de l’usage de son domaine public, un préjudice financier pour la commune.

Rapport de la Chambre régionale des comptes sur la concession du port Camille Rayon

Selon ce rapport, « il revient donc à la commune de reprendre la charge de la concession, en utilisant l’ensemble des dispositions juridiques à sa disposition en matière de pouvoir de contrôle […] ». 

Le patron de la station essence où les yachts font le plein "ne paie aucune redevance alors qu'il tire des bénéfices conséquents de cette exploitation du domaine public", souligne également le rapport qui réclame "une remise à plat rapide" du contrat.

Les réactions

Maire de Vallauris-Golfe-Juan depuis juin 2020, Kevin Luciano répond à cette mise en cause de la commune par le biais d'un tweet. Il rappelle qu'il n'était pas aux affaires pendant la période concernée.  
Michelle Salucki, maire de 2014 à 2020, dans un communiqué, indique qu'elle a dénoncé ce fonctionnement en vain.
 

Je tiens à souligner ma totale intégrité et mon volontarisme dans la gestion du contrôle du port Rayon. J’ai été le 1er maire à agir dès 2015 après 26 ans de fonctionnement du port pour demander rapports, documents comptables etc Et ce malgré les problèmes et l’état catastrophique de la ville, laissés par M. Gumiel ( son prédécesseur).

Michelle Salucki, ex maire de Vallauris-Golfe-Juan

Pour Jean-Noël Falcou, membre d’Anticor et ancien conseiller municipal d’opposition, « cette gestion frauduleuse du port ne concerne pas seulement les usagers du port. Ce sont tous les habitants de Vallauris-Golfe-Juan qui sont floués. »

Le port est la première source financière de la ville, après les impôts. À travers cette gestion catastrophique, ce sont des millions d’euros qui échappent à la ville pour répondre aux besoins essentiels des habitants.

Jean-Noël Falcou, membre d’Anticor


La gestion du port Camille Rayon de Golfe-Juan est également au cœur d’une enquête conduite par le Parquet national financier.

Selon l’association anticorruption Anticor, « les enquêteurs soupçonnent de nombreuses irrégularités susceptibles d’être qualifiées de banqueroute, d’escroquerie, d’abus de biens sociaux, de trafic d’influence, de prise illégale d’intérêts, de détournement de fonds publics, de recel et de complicité des faits précités. »

2016, Anticor dépose plainte

En 2016, Anticor a déposé plainte, pour trafic d’influence, prise illégale d’intérêts et détournement de fonds publics.
L’association considère que cette affaire doit être étudiée sous l’angle de l’atteinte à l’intérêt général, en considérant le préjudice pour la ville et les contribuables.

Jean-Noël Falcou espère que « les recommandations du rapport seront rapidement appliquées, et que ceux qui doivent être exclus de la gestion du port le seront. »

Pour l’ancien conseiller municipal d’opposition, « ce qui va se passer ensuite est une question de courage politique ».

La société gestionnaire du port n'a pas pour l'heure donné suite à notre demande d'informations.


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
mer économie société corruption justice nautisme