Résultats définitifs des législatives 2022 dans les Alpes-Maritimes : cinq informations à retenir après le premier tour

Publié le Mis à jour le

Rapports de force, chances de victoire, abstention : au lendemain du premier tour des élections législatives dans les Alpes-Maritimes, on fait le point sur les résultats.

Aucun candidat élu au premier tour, aucune triangulaire prévue au second tour des élections législatives dans les Alpes-Maritimes, en raison d'une forte abstention, mais quelques surprises avec la qualification d'un candidat de gauche, une sortante éliminée et des scores très serrés parfois...

Le Rassemblement national a basculé en tête dans trois circonscriptions du département, devant des députés sortants majorité présidentielle tandis que les sortants LR ont bien résisté.

Retrouvez tous les résultats sur notre moteur de recherche :

Des sortants malmenés

Laurence Trastour-Isnart (LR) éliminée dès le premier tour dans la 6e circonscription, Loïc Dombreval (Ensemble, 2e circonscription), Alexandra Valetta-Ardisson (Ensemble, 4e) en ballotage défavorable : les sortants ne sont pas tous à le fête au soir du premier tour.

En tête, Eric Pauget (LR) est talonné par Eric Mèle (Ensemble). Moins de 3 points séparent les deux candidats.

Dans la 5e, Marine Brenier (Ensemble) est en ballotage favorable mais Christelle d'Intorni accuse un retard de moins de 1500 voix.

Michèle Tabarot tire son épingle du jeu. La députée aux quatre mandats est en tête avec une confortable avance de plus de 7 points dans la 9e.

A Nice, Eric Ciotti (LR) dispose aussi d'une confortable avance de plus de 5 points sur le jeune Graig Monetti (Ensemble) dans la 1re circonscription. Le député sortant brigue un 4e mandat, il est en ballotage favorable (31,7%) face à ce candidat de 29 ans soutenu par le maire de Nice Christian Estrosi.

Les macronistes qualifiés dans 8 circonscriptions

Les candidats Ensemble seront présentés au second tour dans huit circonscriptions sur neuf. Ils ne sont cependant en tête que dans deux circonscriptions (Philippe Pradal dans la 3e et Marine Brenier dans la 5e) alors qu’ils caracolaient dans cinq circonscriptions en 2017.

Les candidats Les Républicains sont présentés dans cinq circonscriptions, dont quatre dans lesquelles ils se trouvent en ballotage favorable. A l’exception de Michèle Tabarot dans la 9e circonscription, tous les candidats LR affronteront un adversaire macroniste.

Le RN gagne du terrain

Trois candidats du Rassemblement national arrivent en tête au soir du premier tour alors qu’ils étaient tous éliminés en 2017. Dans la 2e circonscription, Lionel Tivoli place le sortant macroniste, Loïc Dombreval, en ballotage défavorable, avec un écart de seulement 92 voix.

L’écart est beaucoup plus important dans la 4e circonscription, où Alexandra Masson (28,87%) a plus de 6 points d’avance sur la sortante, Alexandra Valette-Ardisson (Ensemble).

Dans la 6e, Bryan Masson devance Jean-Bernard Mion (Ensemble, ex-LR) tandis que la sortante, Laurence Trastour-Isnart (LR) est éliminée.

 Un espoir pour la gauche

Aucun député de gauche n’a été élu dans les Alpes-Maritimes depuis André Aschieri dans la 9e circonscription en 1997. Et même s’il n’est pas favori, Enzo Giusti, avec 21,95% des suffrages exprimés au premier tour, aura l’occasion dimanche prochain d’offrir aux électeurs de gauche un élu à l’Assemblée nationale.

Pour cela il devra battre Philippe Pradal, soutenu par Christian Estrosi.

 L’abstention progresse encore

Ce dimanche, 54,8% des électeurs inscrits dans les Alpes-Maritimes ne sont pas allés voter. C’est plus qu’en 2017, quand l’abstention s’élevait à 53,06%.

Elle est plus forte que la moyenne nationale.

Il faut remonter en 2012 pour trouver une participation supérieure à la moyenne, quand seulement 48,17% des électeurs azuréens s’abstenaient.

C'est dans la 3e circonscription que l'abstention est la plus élevée (56,97%).