Coronavirus : la France n'imposera pas de quarantaine pour "toute personne en provenance de l'UE', donc d'Italie

Coronavirus : la France n'imposera pas de quarantaine pour "toute personne en provenance de l'UE, de l'espace Schengen ou du Royaume-Uni". L'entrée en France ce 4 mai à Menton. / © FTV
Coronavirus : la France n'imposera pas de quarantaine pour "toute personne en provenance de l'UE, de l'espace Schengen ou du Royaume-Uni". L'entrée en France ce 4 mai à Menton. / © FTV

La France n'imposera pas de quarantaine à "toute personne, quelle que soit sa nationalité, en provenance de l'Union européenne, de la zone Schengen ou du Royaume-Uni", a annoncé l'Elysée ce dimanche 3 mai. Les réactions notamment par rapport à l'Italie ne se sont pas faites attendre.

Par Anne Le Hars et Manon Hamiot.

Les plans de déconfinement débutent ce lundi 4 mai. A commencer par celui de Monaco, alors que le plan français n'est lui prévu que pour lundi prochain 11 mai. 
L'Italie a elle aussi commencé à alléger les mesures de confinement imposées depuis de longues semaines à ses habitants.
Nos voisins, dont le pays est le plus frappé du continent avec près de 29.000 morts, sont désormais autorisés à sortir mais selon des schémas variant dans chaque région.
Les commerces de détail ainsi que les bars et restaurants restent fermés et les grandes réunions de famille, les rassemblements et les pique-niques restent prohibés en Itlaie.

Pas de quarantaine à l'entrée en France

Ce dimanche 3 mai, l'Elysée a annoncé que la France n'imposera pas de quarantaine pour "toute personne en provenance de l'UE, de l'espace Schengen ou du Royaume-Uni"... Donc, venant d'Italie aussi. 

Le ministère de l'Intérieur a cependant précisé que "les restrictions de circulation actuellement en vigueur à nos frontières continuent de s'appliquer" et notamment les contrôles renforcés mis en place depuis l'instauration de l'état d'urgence sanitaire.

"Les modalités seront précisées par le Quai d'Orsay dans les prochains jours", a ajouté l'Elysée. Mais déjà ce lundi 4 mai, les réactions sont vives à l'idée de voir entrer sur le territoire français des personnes venant d'un pays très touché comme l'Italie.

"Un décret, sur proposition des scientifiques, définira la durée, les conditions d’accès aux biens essentiels, le suivi médical qui sera organisé", a déclaré Olivier Véran, précisant que la quarantaine concernait bien "les gens qui ne sont pas symptomatiques".

"Une très bonne nouvelle" pour les commerçants

Pour Marc Jasset, président de l'association des commerçants de Menton, "c'est une très bonne nouvelle". 
 

"Economiquement, pour Menton la clientèle italienne est essentielle, habituellement c'est une belle et régulière clientèle" - Marc Jasset. 

Sur le plan sanitaire, le président de l'association s'interroge :"Est-ce qu'une clientèle italienne est plus dangeureuse qu'une clientèle vennant de l'Oise, ou de la région Grand Est ? ".

Son commerce, situé dans la ville frontalière est fermé depuis deux mois, le maroquinier avoue son inquiètude :" On est très très inquiets, on a des mois de marchandises sur les bras... le retard va être impossible à rattraper" explique Marc Jasset. 

Une "aberration" selon le Rassemblement national 

Dès ce lundi 4 mai, les réactions étaient nombreuses, à la vue de l'entrée des voitures au poste frontière de Menton :
Le Rassemblement national de Menton n'a pas manqué cette vidéo publiée sur notre page Facebook pour la reprendre à son compte et en faire le commentaire suivant :

"On nous impose des frontières intérieures (à commencer par le confinement...) mais par idéologie on ne protège pas nos vraies frontières."

Jordan Bardella, vice-président du Rassemblement national et eurodéputé, déclarait sur France Info, ce lundi 4 mai :
"J'entendais que tous ceux qui viennent de l'étranger et qui viennent sur le territoire français seraient mis en quarantaine à l'exception des territoires de l'Union Européenne. Combien de morts est-ce qu'il va falloir pour qu'ils mettent en veilleuse leur fanatisme sans frontière ? (...) On parle d'un territoire de 400 millions de personnes, c'est une aberration totale!" Des propos repostés par le maire de Fréjus, David Rachline.  

"Ils préfèrent mettre en danger les Français plutôt que de remettre en cause leur dogme religieux de la libre circulation. C'est désespérant!"-  Marine Le Pen, Présidente du RN.


Le maire de Béziers, Robert Ménard, proche du RN, a lui aussi réagit sur Twitter.

Pour Pieyre-Alexandre Anglade, député LREM de la 4e circonscription des Français de l'étranger, "Mettre en quarantaine des Français" qui franchissent régulièrement la frontière, "ça n'avait pas de sens", a-t-il expliqué à France Info

"Placer en quarantaine des Français et des Européens en provenance d'un pays de l'espace Shengen n'était ni juste, ni efficace. Le repli nationaliste ne protège pas du virus" a-t-il déclaré sur son compte Twitter. 

Il y a quelques jours, une polémique avait agité la vallée de la Roya, plusieurs habitants et commerçants avaient déjà fait l'objet d'un refus d'entrée sur le sol italien pour faire le trajet Tende-Menton. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus