Quand la Vallée de la Roya leur ouvre les bras

Dans les Alpes-Maritimes, à la frontière italienne, les habitants de la Roya ont été confrontés à l'arrivée inattendue de centaines de migrants. Entre doute et engagement spontané, ils témoignent. Ce film donne aussi la parole à des migrants qui ont trouvé un refuge provisoire dans la vallée.

Chamberlain et Françoise dans "La tête haute, au coeur de la vallée de la Roya"
Chamberlain et Françoise dans "La tête haute, au coeur de la vallée de la Roya" © Babel Doc/France Télévisions

C’est l’histoire d’une vallée magnifique, paisible, en bordure de l’Italie. Et puis un jour, surgit l’inattendu. Des dizaines, bientôt des centaines de migrants, font irruption sur la route, sur les chemins. Ils ont décidé de quitter leur pays, leurs repères, pour vivre une nouvelle vie, quitte à tout perdre.

Une fois retombés les feux de l’actualité, que reste-t-il de cette aventure extraordinaire qui voit l’engagement des uns, les doutes des autres, la désobéissance civile des plus motivés, la sourde hostilité des silencieux ?

Mourir et naître à nouveau

Comme à l'image de Chamberlain, ils sont nombreux à fuir leur pays dans l'espoir de trouver un refuge.

Nous sommes dans cette fuite et dans cette fuite on cherche un refuge, on cherche un endroit où se poser.

Chamberlain

Chamberlain (à droite) a fui son pays pour trouver un refuge. / La tête haute, au cœur de la vallée de la Roya
Chamberlain (à droite) a fui son pays pour trouver un refuge. / La tête haute, au cœur de la vallée de la Roya © Babel Doc/France Télévisions

Alors malgré la tristesse de la séparation d'avec leur famille et leurs racines, ils tentent l'aventure. Des périples souvent dangereux qui causent parfois des drames. Mais ils continuent d'avancer, la tête haute, sur les chemins et dans la vie parce que "pleurer ne sert à rien".

Petit à petit, ces migrants apprennent à dépasser une frontière, terrestre certes, mais aussi culturelle. Ils s’imprègnent de la vie quotidienne, découvrent pour certains que les femmes peuvent travailler et les hommes passer le balai… Des échanges bien plus que réciproques. Les habitants de la Vallée de la Roya et les migrants forgent des liens uniques, allant jusqu'à se considérer de la même famille.

Ca met une échelle de priorité dans la vie. Quand tu as à côté de toi des gens qui n'ont rien, tu fais tout ce que tu peux pour les aider.

Suzel

La peur dépassée, l’envie d’aider

Dans cette vallée plutôt calme, sans trait de caractère particulier, Françoise, Nathalie, Richard, Alain et beaucoup d'autres, ont dépassé leurs peurs et leurs angoisses. Accueillir des étrangers chez soi ce n’est pas simple, surtout quand ils arrivent par dizaine. Aucun d’entre eux n’était programmé pour assister à une telle tristesse et beaucoup se sont retrouvés dans le désarroi.

Mais l’élan de solidarité et l’envie d’aider étaient plus forts que tout... Noël 2016 : 50 migrants hébergés à Saorge, un village de 450 habitants à l'année. On peut dire que la solidarité est bien présente dans le coin, comme nous le montre Richard, à la tête d'une association qui offre de la nourriture à toutes les personnes dans le besoin. 

On m’a dit : il y a une famille qui est dans la plus grande panade, avec trois gosses, ils sont dans la rue. C’est vrai que je les ai remontés, c’est interdit mais je l’ai fait. Et d’une certaine façon, ce n’est pas ce que j’ai fait de plus mal dans ma vie…

Françoise

 Richard et son "épicerie solidaire" à Saorge - La Tête Haute, au cœur de la Vallée de la Roya
Richard et son "épicerie solidaire" à Saorge - La Tête Haute, au cœur de la Vallée de la Roya © Babel Doc/France Télévisions

Une vallée, deux identités ? 

Quand certains se battent pour la solidarité, d'autres défendent leur droit à la "tranquillité". 

Comment aider ces migrants ? Comment les soutenir sur la durée ? Suzel, Cédric et Richard ont choisi d'allier l'humanitaire au politique pour que des aides concrètes et durables leurs soient apportées, pour que les mentalités évoluent et pour témoigner de ce "racisme anti-migrants". 

durée de la vidéo: 01 min 21
La Tête Haute, au cœur de la Vallée de la Roya - Extrait Marche solidaire

Vallée solidaire mais pas que... Et si l'accueil des migrants incitait à s'orienter politiquement vers les extrêmes ? Au moment du tournage du film, à Breil-sur-Roya, le Front national dépassait les 40 %... 

Tout le monde sait que je suis front national à fond. Au début on ne le savait pas, on ne me disait pas bonjour. Maintenant les mains se tendent.

Fernand

La Vallée de la Roya - La Tête Haute, au cœur de la Vallée de la Roya
La Vallée de la Roya - La Tête Haute, au cœur de la Vallée de la Roya © Babel Doc/France Télévisions

Ce documentaire réalisé il y a quatre ans, mettait en exergue une humanité déjà bien présente dans la vallée. L'histoire de ces migrants, recueillis et aidés, n'a fait qu'accroître au fil des années.

En 2019, Cédric Herrou crée les compagnons de la Roya, la première communauté agricole et paysanne de France soutenue par Emmaüs. L'une de nos équipes les avait suivis pour un reportage d'Enquêtes de Région. Alors que la communauté fêtait ses ans, la tempête Alex frappait la Vallée de la Roya en octobre 2020. Une épreuve difficile pour tous, mais qui n'a fait que renforcer les liens de solidarité.

>>> Voir le reportage sur l'adaptation de la Communauté Emmaüs de la Roya face aux intempéries d'octobre 2020

Tempête Alex dans les Alpes-Maritimes : l'impact sur la communauté Emmaüs agricole de la Roya

 

La tête haute, au cœur de la vallée de la Roya
Un film de 52’ de Thierry Leclère. Une coproduction France 3 Provence-Alpes-Côte d’Azur / Babel Doc.

Diffusions lundi 3 mai à 23h00 et mardi 4 mai à 9h15 sur France 3 Provence-Alpes-Côte d’Azur dans le cadre de l'opération #NousLesEuropéens de France Télévisions (Première diffusion en mars 2019.)

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
migrants société immigration la france en vrai à l'antenne vos rendez-vous international europe politique italie