Fermeture des bars et restaurants à Nice à 22h : "ça va être dramatique"

La ville de Nice est passée en "alerte renforcée" alors que le département des Alpes-maritimes reste en alerte "simple". Conséquence des annonces du ministre de la Santé : les bars et les restaurants niçois devront fermer à 22h00 dès lundi soir. Les restaurateurs sont en colère.

Réunion de crise des restaurateurs de Nice ce jeudi après l'annonce de leur fermeture à partir de 22h
Réunion de crise des restaurateurs de Nice ce jeudi après l'annonce de leur fermeture à partir de 22h © Olivier Orsini FTV
L'annonce du ministre de la Santé a mis le feu aux poudres ! Olivier Véran a annoncé ce mercredi soir de nouvelles mesures pour lutter contre la propagation du Covid-19. Parmi elles, la fermeture des bars et des restaurants à 22h00 à Nice. 

Réaction immédiate des patrons de bars et de restaurants : une réunion de crise s'est improvisée à la brasserie du Félix Faure à Nice. Une cinquantaine de restaurateurs et bistrotiers s'est rassemblée. La fronde s’organise : tous sont en colère, révoltés et indignés par ces nouvelles annonces qui vont provoquer un manque à gagner important. 

"Pas une deuxième fois"


« Il faut vraiment qu’on se réveille, c’est plus possible ça va être dramatique... c’est déjà dramatique ! », s'insurge un patron. « Ils ne vont sûrement pas nous fermer une deuxième fois, c’est hors de question ! », souffle un autre écoeuré. Dans l'assemblée, on constate surtout que, de toute façon, « les gens ils ne sortent plus ». 

« Si nous devons fermer à 22h, il n’y a pas d’économie existant réalisable sur un bar c’est-à-dire qu'on est partis sur la banqueroute", explique Christophe Souques Bonnet, gérant d'un bar. Laetitia Hernandez, restauratrice, déplore elle l’absence d’accompagnement et d'aide de l'état. Elle dénonce : "le chômage partiel c’est pas une solution, nous on veut garder notre emploi ! »

Fred Ghintran, gérant du Félix Faure, ne veut pas fermer à 22h00. Il pense que « cette mesure est totalement injuste » : « C’est signé l’arrêt de mort de dizaines, des centaines d’entreprises et de mettre sur le carreau des centaines d’emplois. »

Protocole sanitaire


A Marseille, la situation est encore plus inquiétante. Dès samedi, tous les établissements accueillant du public devront fermer, sauf ceux où il exsite un protocole sanitaire. Du coup, la fronde s'organise aussi, certains patrons annoncent déjà qu'ils refusent de fermer leurs établissements. 

A travers les bars et les restaurants, c'est tout un secteur qui serait touché à nouveau par ces mesures de fermeture avancée à Nice. Ce jeudi matin, le maire (LR) Christian Estrosi, est allé plaider la cause des restaurateurs auprès du préfet des Alpes-Maritimes. Le maire de Nice dénonce des mesures "incompréhensibles pour les professionnels du secteur". Chez nos confrères de France Bleu Azur, il a déclaré vouloir proposer un protocole « à l’identique de ce que nous trouvons dans les théâtres et les cinémas, pour qu’il n’y ait pas de fermeture. »

Christian Estrosi souhaite donc la mise en place d’un "protocole sanitaire renforcé" : prise de température à l’entrée, mise en place de mesures de distanciation sociale, le port du masque et le respect strict des gestes barrières".  Objectif éviter la fermeture des bars, des restaurants, mais aussi des salles de sports. Les établissements devraient s'engager officiellement en signant ce protocole.

Un label confiance sanitaire


Le maire de Nice s'inspire du dispositif déjà mis en place pour les commerces un label « Confiance Sanitaire » :"nous proposons de permettre le maintien de l’horaire actuel d’ouverture, en contrepartie de contrôles accrus sur l’application de notre protocole sanitaire renforcé. Une brigade dédiée sera chargée, dans un premier temps, de faire de la pédagogie et dans un second temps, les sanctions pourront aller jusqu’au retrait du label et à la fermeture administrative avec le concours de la police municipale."

Christian Estrosi a demandé la prolongation du dispositif de chômage partiel :  "cela permettra aux entreprises de maintenir leurs effectifs le temps d’un retour à la normale. Cela permettra surtout de contenir l’explosion du chômage de longue durée dont le coût pour la collectivité comme pour les entreprises est extrêmement élevé."

En attendant, la fermeture des bars et restaurants est toujours prévue lundi 28 septembre à Nice.

Nice classée en "alerte renforcée"


Alors que la métropole d'Aix-Marseille passe en "alerte maximale", la ville de Nice elle est classée en "alerte renforcée". C'est une nouvelle graduation dans le niveau d'alerte, qui se dessine en rouge magenta sur les cartes, pour illustrer les endroits où le virus "circule très fortement". 
Voyez l'illustration sur ce tweet : Paris et la petite couronne, ainsi que les métropoles de Lille, Toulouse, Saint-Étienne, Rennes, Rouen, Grenoble et Montpellier le sont aussi. Elles rejoignent celles de Bordeaux, Lyon et Nice, qui se trouvaient déjà dans cette catégorie.
 

Ce que cela change 

A partir de lundi prochain, dans ces villes et zones il faudra respecter ces consignes :

Ce sont des espaces confinés où le port du masque est impossible ou a minima complexe et qui sont des lieux, hélas, de contamination importante.

Olivier Véran, ministre de la santé

Certaines de ces mesures sont déjà en place. Le préfet des Alpes-Maritimes avait annoncé ce mardi 22 septembre l'extension des mesures sanitaires prises à Nice à l'ensemble du département : interdiction de groupes de plus de 10 personnes sur la voie publique, jauge de 1000 personnes sur les grands événements... Dans chacune de ces zones, le préfet des Alpes-Maritimes pourra en outre prendre des mesures complémentaires.
Les restaurateurs niçois réunis au Félix Faure ce jeudi matin.
Les restaurateurs niçois réunis au Félix Faure ce jeudi matin. © Olivier Orsini FTV

Christian Estrosi a jugé ce dispositif "pas judicieux" il a annoncé ce jeudi matin sur France Bleu Azur vouloir après avoir rencontré les professionnels de la restauration, rencontrer le préfet du département pour faire notamment changer l'heure de fermeture des établissements.

Le point dans les Alpes-maritimes :

Mardi, la mairie de Nice a décidé d'autoriser à nouveau les visites, encadrées par un protocole sanitaire très strict.

Selon le dernier bilan, 13.072 nouveaux cas de Covid-19 ont été enregistrés en 24 heures. 783 malades du virus ont été nouvellement admis à l'hôpital entre mardi et mercredi, dont 130 en réanimation. 4.244 malades du Covid ont été hospitalisés sur les sept derniers jours, dont 675 en réanimation.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société politique économie crise économique social tourisme