VIDEO. Sécheresse : les vendanges de plus en plus précoces près de Nice

Publié le Mis à jour le
Écrit par Anne Le Hars .

En raison des fortes chaleurs et de la sécheresse, les vendanges sont très précoces en cette année 2022. Dans les parcelles de Bellet près de Nice, ce lundi 22 août on récolte déjà. Des vendanges qui ont débuté avec deux semaines d’avance sur le calendrier habituel.

Ils n'ont jamais vendangé aussitôt. A cause de la sécheresse, la récolte du raisin a commencé le 16 août dernier sur cette petite exploitation familiale de 7 hectares située non loin de Nice.

"C'est la première année où on vendange plus tôt. De début septembre, c'est passé au 16 août", constate Marcelle Pierrot, vendangeuse.

Pour Éric et Carine Dalmaso, les propriétaires, aux fortes chaleurs, il a fallu s'adapter.

D'habitude, on écime le haut des vignes donc on taille toutes les pointes. Cette année, justement vu qu'il allait faire très très chaud, alors ce qu'on a fait, c'est qu'on a laissé beaucoup plus de feuillages sur les extrémités de la vigne pour faire de l'ombrage aux raisins et pour éviter que ça brûle les grappes.

Eric Dalmasso, viticulteur.

Pour Gilles Masson, Directeur du Centre du Rosé, "il est fondamental, cette année, de déclencher les opérations de vendange au bon moment, quasiment au jour et à l’heure près, afin de contrebalancer les effets de la canicule sur le raisin."

Grains plus petits et goût différent

Tous les vignerons de l’appellation sont dans la même situation selon Carine Dalmasso présidente de l’Organisme de gestion et de défense de l’appellation Bellet. "Ce sera des vins plus concentrés. Au niveau des quantités, ce sera plus réduit, mais en tout cas pour cette année, la qualité sera très belle".

L’état sanitaire est partout excellent et la sortie de grappes est belle. En dépit des stress hydriques et thermiques, le millésime laisse donc entrevoir un beau potentiel.

Le rendement sera plus faible d'environ 20 à 30 % par rapport à l'an dernier pour cette exploitation sur les hauteurs de Nice :

Les phénomènes climatiques de plus en plus marqués 



Selon Éric Pastorino, Président du Conseil Interprofessionnel des Vins de Provence - CIVP, "depuis le début des vendanges, les nuits sont plus fraîches et les raisins ont gagné en équilibre. On s’attend donc à un très beau millésime. On a été très inquiets mais les volumes devraient être ceux d’une année normale avec quelques disparités selon les propriétés : celles qui ont le plus souffert sont celles qui ont eu le moins d’eau. Ce millésime le montre : les phénomènes climatiques sont de plus en plus marqués. À terme, on sait qu’il va falloir s’adapter et on y travaille déjà avec des expérimentations tant sur l’encépagement que sur les modes de conduite du vignoble."

Si le vigneron a modifié sa pratique, les vendangeurs aussi. Car avec un premier coup de sécateur avec 15 jours d'avance, le planning des interventions dans les rangs de Braquet a été modifié.

Certains ont accepté de bousculer leur emploi du temps pour répondre à la demande et ainsi permettre une activité normale ou presque.

Les vignerons espèrent que cette situation ne se reproduira pas, sinon ils risquent de devoir arroser la vigne au goutte à goutte et ce pour la première fois.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité