Sécheresse. L'inquiétude d'un berger des Alpes-Maritimes : "la nature souffre, on va avoir du mal cette année"

Publié le Mis à jour le

Si la sècheresse est de plus en plus inquiétante dans les Alpes-Maritimes, parmi les premiers touchés : les éleveurs. Avec des nappes phréatiques déficitaires, ils craignent de ne plus pouvoir nourrir leurs bêtes avec de l’herbe fraiche.

Toutes les communes de la région PACA sont durement touchées par cette vague de sécheresse qui sévit depuis septembre 2021. Dans les Alpes-Maritimes, ce déficit en eau serait bien au dessus de la normale selon la préfecture.  

En France, 5% des surfaces agricoles sont irriguées, soit près de 1,4 million d'hectares. Le taux monte à 14% en Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Nourrir et abreuver les 600 bêtes du domaine de Didier Fischer devient de plus en plus difficile; "la nature a souffre et on va avoir du mal..."

Directement impactée par la sécheresse, la bergerie des Courmettes située à Tourettes-sur-Loup peine à survivre.

Les quelques gouttes de pluie tombées ces dernier jours ne suffiront pas à redresser la situation. L’inquiétude de ce couple de bergers grandit de jours en jours.

L’herbe consommée ne repousse pas car l’eau manque depuis trop longtemps.  

D’habitude l’eau coule dans ce petit ruisseau jusqu’au mois de mai, mais là il n’y a jamais rien eu. La nature a souffert et on va avoir du mal cette année.

Didier Fischer, berger.

Plus de réserves de bottes de foin

A la ferme, les toutes dernières bottes de foin ont été distribuées et il ne reste quasiment plus rien des 40 tonnes récoltées l’an dernier.

Le futur de cette bergerie parait ben sombre, sans pluie et sans stock.  

On va appeler des collègues pour savoir s’il leur en reste parce qu’il va falloir tenir au moins la fin juillet pour nos agneaux.

Valentine Guérin, de la bergerie des Courmettes

 

A cette situation, il faut rajouter l’augmentation du prix des fourrages. 

Températures bien au-dessus de la moyenne

Avec les prévisions météo qui annoncent dans les prochains jours des températures bien au-dessus de la moyenne, cette situation ne risque pas de s’arranger de sitôt.

Ce type de problèmes survient généralement en été, mais pas au printemps.    

Vivre ça dès le mois de mars, parce qu’on est en vigilance depuis le mois de mars et en alerte depuis le mois d’avril c’est exceptionnel et très inquiétant.

Jean-Luc Bellard, chef de pôle eau et environnement chambre d’agriculture des Alpes-Maritimes

Depuis le début de l’année la France accuse un déficit de pluie de 40% à 60% La sécheresse touche déjà quinze départements français, dont dix ont dépassé le seuil d'alerte. 

Selon la classification de l’organisme Propluvia, les Bouches-du-Rhône et le Loiret sont en situation de crise. L'Ain, la Charente, la Charente-Maritime, les Deux-Sèvres, le Var et la Vienne sont en alerte renforcée. La Drôme, les Hautes-Alpes, la Haute-Savoie, la Loire-Atlantique, le Maine-et-Loire, le Vaucluse et la Vendée sont en état d'alerte. Les Alpes-Maritimes ne se trouvent pas pour l'heure dans ce classement.