• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Aix-en-Provence : les défenseurs de la langue d'Oc mobilisés

Selon les manifestants, un tiers des heures consacrées à l’enseignement du provençal dans les lycées est supprimé dans les Académies d’Aix-Marseille et Nice. / © France 3 / Eliane Tourtet
Selon les manifestants, un tiers des heures consacrées à l’enseignement du provençal dans les lycées est supprimé dans les Académies d’Aix-Marseille et Nice. / © France 3 / Eliane Tourtet

Associations et parents, mobilisés pour la défense de la langue provençale, se sont rassemblés mercredi 20 mars devant le rectorat de l’académie d’Aix-Marseille. Ils dénoncent une attaque "sans précédent de l’enseignement de cette langue régionale en milieu scolaire".

Par Nathalie Deumier avec GG

Plusieurs dizaines de personnes se sont regroupées sous les fenêtres du rectorat d'Aix-Marseille mercredi à l'appel d'une dizaine d'associations de défense de la langue provençale.

Parents et sympathisants protestent contre une forte diminution annoncée des heures d'enseignement de la langue régionale.

Selon eux, environ un tiers des heures consacrées à l’enseignement du provençal dans les lycées est supprimé dans les Académies d’Aix-Marseille et Nice. La raison invoquée est la préparation de la réforme du baccalauréat.
© France 3 / Eliane Tourtet
© France 3 / Eliane Tourtet

Pas de Provence sans Provençal

Selon les défenseurs de la langue d'Oc, un poste de conseiller pédagogique de langue régionale pour l’enseignement primaire est supprimé "sans aucune raison" dans le département des Bouches-du-Rhône.

Depuis des années, les amoureux de la langue provençale formulent des demandes, sans être pris en considération. Parmi leurs revendications, une option "langue régionale" au même coefficient que le latin et le grec, une formation initiale et l’accompagnement des professeurs ou encore l’égalité de traitement dans les coefficients des options au baccalauréat.

Oublier la langue d’Oc n’est pas un signe de modernité mais une perte de substance.

Ses défenseurs présentent cette langue comme un élément fondateur de l’identité de notre région, de notre pays et des cultures de la Méditerranée. "Notre langue est un des éléments fondateur de l’identité de notre région, de notre pays et des cultures de la Méditerranée", assurent-ils.

"Pour bien connaître et comprendre nos territoires, on ne peut ignorer la langue et la culture millénaires qu’ils portent. Oublier la Langue d’Oc n’est pas un signe de modernité mais une perte de substance."
 

Sur le même sujet

Marseille : le défi de Monte Cristo

Les + Lus