Bouches-du-Rhône : campagne de recrutement des sapeurs-pompiers volontaires, "il faut vouloir se rendre utile et servir son pays"

Publié le

Les sapeurs-pompiers volontaires ont été mobilisés tout l'été sur les feux de forêt. Face au manque d'effectifs, une campagne de recrutement est lancée dans les Bouches-du-Rhône. Aurélie et Laurent nous expliquent pourquoi ils se sont engagés.

Les nombreux incendies de l'été ont mobilisé presque 200.000 sapeurs-pompiers volontaires (SPV) en France.

Feu de la Montagnette, Aureile, Auriol, renforts aux départements voisins... la saison estivale a été également bien chargée pour les Pompiers 13, qui cherchent des citoyens prêts à s'engager, afin de renforcer ses effectifs.

Une campagne de recrutement est lancée dans les Bouches-du-Rhône dans des centres commerciaux, particulièrement à l'ouest du département, jusqu'au 26 octobre.

Laurent Mareceaux, 50 ans, est un ancien sapeur-pompier militaire, à Paris. Aujourd'hui, il est agent des routes pour le département des Bouches-du-Rhône. Il y a dix ans, il a commencé à faire les saisons en tant que sapeur-pompier volontaire, à Graveson, sur son temps de repos.

Une volonté d'aider les autres

Coup de cœur pour la région et la caserne, il s'est installé définitivement dans cette commune en 2020. "Depuis, je n'ai jamais regretté mon choix, j'ai découvert un réel esprit d'équipe en interne", affirme-t-il.

Cet engagement a aussi ses difficultés. Pour Laurent, le plus dur est de devoir conjuguer avec sa vie de famille : "J'ai laissé grandir mes filles un peu seules", dit-il avec regret.

L'ancien pompier militaire a aussi fait ce choix pour aider les autres et vivre de belles histoires. "Un homme de 35 ans a fait un arrêt cardio-respiratoire. Il est parti en hélicoptère à Marseille, mais il avait peu de chances de survivre. Alors quand il est venu nous voir avec ses deux enfants, on s'est pris dans les bras et on en a pleuré."

"Je continuerai d'être engagée jusqu'à ce que je puisse."

Aurélie Ghighi

Pour Aurélie Ghighi, caporal sapeur-pompier volontaire à Sausset-les-Pins, c'est aussi le côté sport qu'il l'a attirée. L'un de ses amis SPV lui a proposé, un jour, de venir à la caserne pour qu'elle voit l'envers du décor. Depuis, elle n'en est jamais partie.

Employée cadre pour Airbus, elle doit jongler quotidiennement avec ses 24 heures de garde par semaine. "Je peux ne pas dormir de la nuit quand je suis en service et devoir aller le matin au travail. Mais je continuerai d'être engagée jusqu'à ce que je puisse", assure cette volontaire de 33 ans.

Les nombreux incendies de cet été n'ont pas été de tout repos. Aurélie a été mobilisée pour porter secours sur le feu de la Montagnette, qui a détruit 1 500 hectares.

"J'y suis restée 24 heures dans la poussière, la chaleur avec des conditions très difficiles, poursuit-elle avec émotion. Mais quand le feu a repris 24 heures plus tard, je me suis demandée si on avait bien fait les choses et si on était allés au bout des choses."

La difficulté, la sapeur-pompier la trouve dans l'incompréhension de ses proches. "C'est difficile de faire comprendre aux gens pourquoi on fait ça, qu'on ne soit pas là pour les fêtes de Noël et les anniversaires."

Tout le monde en est capable.

Patrick Plan

Aujourd'hui, 198 900 personnes sont engagées en tant que SPV en France, 6.350 se trouvent dans les Bouches-du-Rhône.

En plus des missions quotidiennes, comme le service à la personne ou les accidents de route, les SPV sont missionnés pour les nombreux feux de forêt dans la région.

Pour devenir sapeur-pompier volontaire,  les conditions sont "simples" :  avoir plus de 16 ans, résider légalement en France, jouir de ses droits civiques, ne pas avoir de condamnations incompatibles avec l'exercice des fonctions et remplir les conditions d'aptitude médicale et physique.

Pour Patrick Plan, capitaine et référent territorial des SPV du groupement nord : "Tout le monde en est capable. C'est un engagement citoyen, il faut vouloir se rendre utile et servir son pays."

Prochaines journées de recrutement :

  • 14 septembre à Intermarché Tarascon, de 14h à 18h
  • 21 septembre au Super U de Saint-Martin-de-Crau, de 14h à 18h
  • 28 septembre à Intermarché Saint-Rémy-de-Provence, de 14h à 18h
  • 5 octobre sur la place du village à Maussane-les-Alpilles, de 14h à 18h
  • 12 octobre à Intermarché Saintes-Maries-de-la-Mer, de 14h à 18h
  • 19 octobre à l’U-Express de Noves, de 14h à 18h
  • 26 octobre à Intermarché Barbentane, de 14h à 18h 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité