Un médecin de Saint-Cyr-sur-Mer revendique la prescription de l'azithromycine pour soigner les patients du Covid-19

Pendant la crise sanitaire, l'hydroxychloroquine a fait débat. Mais d'autres molécules ont été testées comme l'azithromycine. Même si un avis défavorable a été adressé par la direction générale de la santé, certains médecins l'ont utilisée avec succès. 

Le médecin Nicolas Zeller a prescrit l'azithromycine à 200 patients avec succès. Il demande que "la médecine de terrain" soit reconnue et entendue.
Le médecin Nicolas Zeller a prescrit l'azithromycine à 200 patients avec succès. Il demande que "la médecine de terrain" soit reconnue et entendue. © FTV - Frank Farrugia
Nicolas Zeller se sent incompris et surtout pas du tout écouté par les autorités sanitaires. Cet ancien urgentiste, exerce depuis une quinzaine d’années comme médecin généraliste à Saint-Cyr-sur-Mer (Var). En plein coeur de l'épidémie de Covid-19, il a traité 200 patients avec de l'azithromycine. Et il a obtenu de très bons résultats.  
 

Ce qui est sûr c'est que cette molécule, elle a marché et heureusement qu'on l'avait ! Ce qui était très compliqué c'était de maintenir les patients peu symptomatiques et asymptomatiques pour éviter de saturer les hôpitaux. Et on ne voulait que le système hospitalier craque... on a mis en place ce traitement et ça fonctionnait.

Nicolas Zeller, médecin généraliste

Ventes multipliées par quatre

Ce n’est pas un nouveau traitement, c’est un antibiotique qui sert à traiter les maladies respiratoires. Le docteur Zeller n'est pas le seul à avoir prescrit cet antibiotique : les ventes ont été multipliées par 4 au moment de l'épidémie de coronavirus.
Le médecin a aussi ouvert un centre dans sa commune pour tester puis soigner les patients. Au total, 200 personnes ont été traitées avec ce médicament. 

"ça marche !"


Ce qui l’a fait réagir c’est le mail envoyé par Jérôme Salomon, directeur général de la santé, début juin qui ne recommande pas l’utilisation de cette molécule. Même si le docteur Zeller est totalement conscient qu'il ne s'agit pas d'une étude officielle, avec des groupes de patients placebo, il demande que la médecine de terrain soit davantage prise en compte par les autorités. 

Ce n'est pas une étude, c'est de l'observationnel, c'est de la médecine empirique mais il ne faut pas la balayer du revers de la main parce que ça marche ! 

Nicolas Zeller, médecin généraliste

Pour rappel, le traitement prôné par le professeur Raoult à Marseille était une bi-thérapie : la fameuse hydroxychloroquine associée à l'azithromycine. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter